Pour l'évêque de Providence, le “catholique” Giuliani est un « hypocrite »

Publié le par Daniel HAMICHE

Mgr Thomas J. Tobin, évêque de Providence (Rhode Island) a reçu dans son courrier une curieuse invitation dont il entretient les lecteurs du Rhode Island Catholic du 31 mai.
Le candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les élections présidentielles, Rudy Giuliani [1] présidera, courant juin, un déjeuner destiné à financer sa campagne : 500 $ pour le déjeuner simple, 1 500 $ pour le déjeuner + une photo avec le candidat !
L'évêque s'interroge : « Je ne sais pas pourquoi j'ai reçu cette invitation de ceux qui s'occupent du financement de sa campagne. Je ne connais pas même le Maire [Giuliani est l'ancien Maire de New York] ; je ne l'ai même jamais rencontré. Je m'efforce d'éviter la politique partisane. Zut ! je ne suis même pas Républicain. Mais, par dessus tout, je ne soutiendrai jamais un candidat qui soutient l'avortement légal.
Les déclarations publiques de Rudy sur l'avortement sont pitoyables et déroutantes. Pis encore : elles sont hypocrites […].
La justification que propose Rudy est l'expression classique sur l'avortement qu'on a entendu si fréquemment ces dernières années de politiciens lâches : “Personnellement j'y suis opposé mais je ne veux pas imposer mes opinions aux autres”. L'absurdité d'une telle position a été dénoncée plus d'une fois. J'ai posé la question précédemment : permettrions-nous à un quelconque politicien de s'en tirer en se défilant pitoyablement, sur d'autres problèmes : “Je suis personnellement opposé à… la discrimination raciale, aux agressions sexuelles, à la prostitution, à l'usage de la drogue, à la polygamie, à l'inceste… mais je ne veux pas imposer mes points-de-vue aux autres” ?
Comment se fait-il que quand quelqu'un s'exprime ainsi, je vois se dessiner le triste visage du Ponce Pilate des Évangiles, qui personnellement ne trouva aucune faute en Jésus mais qui, par crainte de la foule, se lava les mains de toute l'affaire et livra Jésus pour être crucifié. J'entend Pilate qui dit : “Vous savez, je suis personnellement opposé à la crucifixion mais je ne veux pas imposer mon opinion aux autres” […].
Hé ! Rudy, vous dites que vous croyez que l'avortement est une faute morale. Pourquoi dites-vous cela Rudy ? Pourquoi croyez-vous que l'avortement soit mauvais ? Est-ce que l'avortement est l'assassinat d'un enfant innocent ? Est-ce un crime contre la dignité humaine ? Est-ce un acte cruel et violent ? Est-ce qu'il blesse la femme qui subit un avortement ? Et si votre réponse à l'un de ces questions est “oui”, alors Rudy comment pourriez-vous permettre aux gens de… tuer un innocent, d'attenter à la dignité humaine, de commettre un acte cruel et violent et de faire du mal à la mère ? Au nom du choix ? Hein ?
La position grotesque de Rudy est aggravée par le fait qu'il prétend être catholique. En tant que catholiques, nous sommes appelés, en vérité nous sommes requis à être pro-vie, à chérir et à protéger la vie humaine en tant que précieux don de Dieu, de l'instant de la conception jusqu'au moment de la mort naturelle. Comme responsable, comme homme public, Rudy Giuliani a, à cette égard, une obligation très particulière […].
Eh bien, vous pouvez comprendre maintenant pourquoi je n'assisterai pas à cette manifestation de financement de Rudy Giuliani. Si Rudy veut me voir, il n'a qu'à prendre un rendez-vous à mon bureau. On discutera de sa position sur l'avortement. Et s'il veut une photo avec moi, ça lui coûtera un don de 1 500 $ destiné aux activités pro-vie de l'Église ».



[1] voyez mes précédents articles :
http://americatho.over-blog.com/article-10385125.html
http://americatho.over-blog.com/article-10415523.html

Publié dans évangile de la vie

Commenter cet article