Les catholiques s'organisent autour de la candidature de Sam Brownback

Publié le par Daniel HAMICHE

brownback.jpgCandidat à l’investiture du Parti Républicain pour les présidentielles de novembre 2008, le sénateur catholique du Kansas, Sam Brownback [1], en campagne dans l’Iowa, a annoncé, hier, la constitution de la Iowa Catholics for Brownback Leadership Team, qui regroupe 144 catholiques influents – et réputés « conservateurs » par les médias “libéraux” – de cet État. Cette annonce survient deux semaines après la constitution dans ce même État, du Iowa Faith and Family Leadership Committee, constitué pour soutenir Brownback et présidé par l’ancien député Chuck Hurley.
Dire que les progressistes américains n’apprécient guère Brownback, est une litote… Ce fils de fermiers du Kansas est détesté. Il l’est d’autant plus qu’élevé dans le méthodisme, puis après un passage chez les évangélistes, Sam Brownback s’est converti au catholicisme en 1996 sous l’influence du P. John McCloskey, une figure de proue de l’Opus Dei aux États-Unis, de quoi faire tomber en syncope les rédactions réunies du Washington Post et du Los Angeles Times… Militant pro-Vie et anti “mariage” gay, le sénateur du Kansas ne donne guère de gages à la gauche, mais son intransigeance sur les principes catholiques, et notamment sur les principes « non négociables », lui ont attiré les sympathies de nombreux catholiques également intransigeants sur ces principes, au premier rang desquels, en décembre dernier, l’atypique Tom Monaghan, ancien fondateur de Domino’s Pizza, milliardaire et organisateur financier de la campagne de Brownback. C’est Monaghan qui a mis Brownback en relation avec l’association Legatus, une organisation de quelque 5 000 laïcs catholiques, tous patrons d’entreprises – et souvent millionnaires – attachés aux principes « non négociables ». Brownback a su rallier à sa cause des catholiques de réputation nationale aux États-Unis : Bobby Schindler, le frère de Terri Schiavo [2], Norma McCorvey (la Jane Roe de l’arrêt Roe vs. Wade de la Cour Suprême en 1973), le P. Frank Pavone, patron de l’association sacerdotale pro-Vie Priests for Life, Steve McEveety, producteur de cinéma et proche ami de Mel Gibson… Du “beau linge” et du monde influent…
Si Brownback sillonnait ces jours-ci l’Iowa, c’est que s’y déroulera, le 11 août prochain, ce que les Américains nomment un Straw Poll (“vote de paille”), c’est-à-dire un vote informel qui permet de déterminer les tendances de l’opinion des électeurs : comme des fétus de paille qu’on lance en l’air pour voir d’où vient le vent. Les résultats peuvent influencer les délégués à la Convention qui désigne le candidat du parti à l’élection présidentielle. Ce sera un test très intéressant pour juger de la crédibilité de la candidature de Brownback à l’investiture. On en reparlera…

[1] Voyez mon précédent papier : « Brownback : le plus “romain” des candidats à la Maison-Blanche » (americatho.over-blog.com/article-10841596.html)
[2] Voyez mes deux précédents articles : « La Passion de Terri Schiavo » (americatho.over-blog.com/article-6206494.html) et : « Exclusif : la “lettre ouverte” de Bobby Schindler, le frère de Terri Schiavo » (americatho.over-blog.com/article-6233116.html).

Commenter cet article

Olivier 22/07/2007 04:38

Jusqu'ici l'ami Brownback (effectivement le candidat rêvé) était plutôt à la traîne dans les sondages hélas (mais ça peut changer - il a aussi l'appui de réseaux provie (Lifenews.com)). En revanche Giuliani a baissé et la candidature de Fred Thompson s'affiche de plus en plus crédible, alors qu'il est clairement et solidement conservateur sur les questions de l'avortement et du mariage homosexuel. Alors qu'il saute aux yeux que Romney et Mc Cain adoptent des positions conservatrices plus par opportunité que par conviction réelle.