Le saccage liturgique post-Vatican II : l’aveu du cardinal Levada

Publié le par Daniel HAMICHE

Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le cardinal William J. Levada, un Californien, ancien archevêque de San Francisco est de retour dans la « Bay Area » pour y passer ses vacances d’été. Il a accordé, le 17 juillet, un entretien à Dan Morris-Young qui en a reproduit des passages dans l’hebdomadaire diocésain Catholic San Francisco (vol. 9, n° 22, 20 juillet) et en a fait une dépêche pour Catholic News Service (datée du 20), l’agence officielle de la United States Conference of Catholic Bishops, la conférence épiscopale des États-Unis.
Le cardinal préfet commente, avec prudence mais non sans finesse, le récent document de sa congrégation (10 juillet), Réponses à quelques questions concernant certains aspects de la doctrine de l’Église, et le Motu Proprio de Benoît XVI Summorum Pontificum, insistant sur le fait que la proximité, quant aux dates de parution de ces deux textes d’importance (trois jours), ne serait due qu’à une « coïncidence ».
Les remarques du cardinal Levada sur Summorum Pontificum sont succintes, selon ce qu’en rapporte Morris-Young. Le cardinal-préfet estime que ce document « n’était pas principalement destiné aux États-Unis », mais il pense qu’il aura plus d’impact en France en Allemagne et en Suisse, mais peu d’effet en Amérique Latine ou en Italie. L’avenir nous le dira…
Le passage le plus intéressant des remarques du cardinal Levada est celui que rapporte Morris-Young : « À l’époque de Vatican II, il y a eu une tentation et une tendance à mettre les pratiques et les enseignements de l’Église dans deux “paniers”, le pré-conciliaire et le post-conciliaire, dit-il. “Je sais que je l’ai fait”. Il y avait ce type [d’attitude] : 'Balancez tout ça, voici les nouveaux trucs’. Je crois que beaucoup d’entre nous le regrettent” ».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article