Abus sexuels du clergé : un sixième diocèse américain en faillite

Publié le par Daniel HAMICHE


Ombres et lumières du catholicisme aux États-Unis
: tel pourrait être le so
kettler-copie-1.jpgus-titre de ce blogue. Mes plus récents articles traitaient plutôt des lumières qui nous viennent du Nouveau Monde. Celui-ci sort de l’ombre. Hélas.
Le 13 février dernier, Mgr Donald Kettler (notre photo), évêque de Fairbanks (Alaska) annonçait qu’en conséquence de l’échec des négociations entre le diocèse et l’une des compagnies qui l’assurent, et se trouvant dans l’incapacité de faire face au coût des compensations financières pour près de 140 demandes d’indemnisation de victimes d’abus sexuels du clergé local, le diocèse n’avait d’autre choix que de se placer sous la protection du Chapitre XI du United States Bankrupcy Code. Les seules dépenses légales et juridiques auxquelles l’évêché aurait dû faire face outrepassaient ses capacités financières et n’auraient rien laissé aux victimes.
C’est le sixième diocèse américain à procéder de la sorte après Portland (Oregon), Spokane (Washington), Davenport (Iowa), Tucson (Arizona) et San Diego (Californie).
Les allégations d’abus sexuels portent sur un certain nombre de prêtres et de bénévoles au service de l’Église, dont les méfaits se seraient déroulés des années 1950 au début des années 1980 sur l’immense territoire de l’Alaska. En novembre dernier, la Province de l’Orégon (qui recouvre une partie de l’Alaska) de la Compagnie de Jésus, était arrivée à une transaction de 50 millions de $, suite à des plaintes similaires contre des membres de la Compagnie au cours de la même période. Le montant réglé par les Jésuites, voici quelques mois, doit être mis en parallèle avec le budget annuel du diocèse de Fairbanks : 6 millions de $ ! Paradoxalement, le plus étendu des diocèses des États-Unis (plus d’1 million de km2) est aussi l’un des plus pauvres ! Peuplé de 161 000 habitant (1 habitant tous les 6 km2…), dont seulement 14 500 catholiques, de diocèse ne dispose que de deux douzaines de prêtres et ne compte que 46 paroisses ou missions dont seulement 8 sont financièrement autosuffisantes. Singularité aux États-Unis : Fairbanks est le seul diocèse américain à relever de la Congrégation romaine pour l’Évangélisation des peuples.
En se plaçant sous la protection de la loi sur les faillites, tous les actifs du diocèse de Fairbanks seront judiciairement évalués et “réalisés” : le montant ainsi obtenu devra être équitablement réparti entre tous les plaignants sans que ces derniers puissent exiger davantage.
C’est une nouvelle tragédie pour le catholicisme américain auquel les abus sexuels du clergé ont coûté près de 2,5 milliards de $ ! Et une tragédie pour cette colossale terre de mission qu’est l’Alaska et dont les deux premiers prélats – Jean-Baptiste René, s.j. [1841-1916], préfet d’Alaska, et Mgr Joseph Crimont, s.j. [1858-1945], vicaire apostolique d’Alaska et évêque titulaire d’Ammaerdara – furent deux Français…

Publié dans scandale "pédophile

Commenter cet article