Archevêque Chaput : le droit de refuser la Sainte Communion

Publié le par Daniel HAMICHE

Dans son dernier livre qui vient de paraître chez Ignatius Press, Render unto Cæsar – et qui tombe à pic dans l’actuel débat sur le refus de donner la Communion sacramentelle aux politiciens catholiques qui sont en état de péché mortel en raison notamment de leurs positions pro-avortement (Joe Biden, Nancy Pelosi, Rudy Giuliani, et ejusdem farinæ), l’archevêque de Denver (Colorado) rappelle en deux courts paragraphes le droit de tout prêtre – et donc de tout ministre de la Communion, fut-il “extraordinaire”) de refuser le sacrilège et le scandale public. Voici ce court extrait :

« À présent, pour ce qui est de la réception de la Sainte Communion, il y a [d’abord] Notre Seigneur qui est Lui-Même concerné. Il y a [ensuite]  la personne qui reçoit la Sainte Communion. Puis il y a le ministre du Sacrement, celui qui a la responsabilité de s’assurer que le Sacrement n’est distribué qu’à ceux qui y sont convenablement disposés.
Ce droit qu’a le ministre de refuser de donner la Sainte Communion à quelqu’un qui persiste dans un péché grave et public, est garanti par le Code de droit canonique, au canon 915. Sinon, le ministre de la Communion se trouverait dans une situation où sa conscience serait violée dans une affaire des plus graves, si, voyant un pécheur notoire venir recevoir la Sainte Communion au scandale de tous les présents, on lui disait, d’une manière ou d’une autre, qu’il n’a pas le droit de refuser de donner la Sainte Communion dans une telle circonstance. Cela ne serait rien d’autre qu’une erreur ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeunes pour la vie 04/09/2008 15:55