Chuck Norris : « Je vais voter pour ceux qui ne sont pas encore nés »

Publié le par Daniel HAMICHE


Bien connu en France comme acteur de films d’action, Chuck Norris l’est moins comme catholique fervent et défenseur de la vie. Il faut le saluer chapeau bas pour ces engagements courageux qui ne sont pas très fréquents dans le cloaque hollywwodien.

Il donne régulièrement une colonne de réflexion fort intéressante au site “conservateurHuman Event. Sa dernière, datée du 28 octobre, est titrée « Je vais voter pour ceux qui ne sont pas encore nés ». En voici quelques extraits.
« Il y a des gens qui pensent qu’après 35 ans d’une incessante controverse née de la
décision de la Cour suprême Roe contre Wade [1], l’avortement est une “vieille” affaire qu’on ferait mieux de laisser tomber. Je ne suis pas d’accord. J’estime, assurément, que les problèmes économiques constituent un problème important dans cette élection [présidentielle], mais que ce n’est pas le seul problème. Nous sommes évidemment concernés par nos problèmes financiers. Mais nous devons aussi être concernés par l’avenir de l’Amérique et par ceux qui en feront partie. Notre postérité nous intéresse. Ses droits nous intéressent. Lesquels comprennent ses “droits inaliénables” dont « le Créateur les a dotés » et au nombre desquels figurent les droits quintessenciels : “La vie, la liberté et la recherche du bonheur.”
« L’avortement n’a rien à voir avec le “droit de choisir” d’une femme. Il a à voir avec un “droit à la vie” plus fondamental, qui est l’un des trois spécifiquement précisés comme droits inaliénable dans la Déclaration d’Indépendance (et dans l’article VII de la Constitution). Et c’est une violation du premier devoir de l’État qui est de protéger la vie innocente (…).

« La vérité, c’est que si Obama est élu, nous aurons placé un homme à la fonction suprême du pays, qui a les opinions et les votes en matière d’avortement les plus à gauche parmi tous les présidents de l’histoire américaine (…).
« Gagner l’élection ce n’est pas simplement savoir ce que ceux qui sont donnés perdants – comme John McCain et Sarah Palin, deux rebelles défenseurs de la vie – devraient faire. Mais c’est savoir ce que les citoyens qui se battent pour ces donnés perdants peuvent faire. Nous, le peuple, nous devons nous lever, revenir aux fondamentaux et, une fois de plus, voter conformément à nos valeurs ».



[1] Du 23 janvier 1973. Cf. Norma McCorvey, L’Affaire Jane Roe, qui vient de paraître aux Éditions de L’Homme Nouveau (voyez mon précédent “post”).

Commenter cet article

Castille 04/11/2008 12:49

Pour le coup, je ne trouve pas les Américains gâtés en termes de choix. Mme Palin est à la distinction ce que Mme Royal est à l'intelligence, sauf que Mme Palin est contre l'avortement. Je n'ai pas de sympathie évangélique, mais qui est contre l'avortement et l'érection de l'homosexualité en norme " (seconde) retient toute mon attention. Cela dit, tout peut arriver. Les sondages se sont souvent avérés complètement décalés.