Notre Dame. Jenkins : Obama mon héros ! Décidément, c’est un cinglé.

Publié le par Daniel HAMICHE


À vrai dire, je ne sais pas trop de quelle couleur devraient être les pilules qu’il faudrait recommander au P. Jenkins. Un assortiment arc-en-ciel peut être. Mais je ne suis pas médecin.
Le gars est cinglé, c’est sûr. La preuve : sa lettre du 11 mai adressée à tous les futurs diplômés « cru 2009 ». Il devrait y en avoir en tout 2 900 : 1 800 pour la fin de cursus (les “docteurs”) et le reste pour les diplômes intermédiaires. C’est beaucoup de monde, mais tous n’assisteront pas à la cérémonie : ces derniers (plus d’une centaine) iront avec le P. Frank Pavone, des Priests for Life, à une cérémonie parallèle à la Grotte de Notre-Dame de Lourdes – une dissidence permise par l’administration de Notre Dame, c’est vous dire dans quel imbroglio on se trouve… Mais revenons à la lettre du P. Jenkins.
Ce menteur ose y affirmer que Notre Dame est « sans équivoque dévoué au caractère sacré de la vie humaine » : quel menteur ! (voir ici). Il s’y dit « attristé » par ceux qui ont protesté contre l’invitation d’Obama et qui ont sous-entendu que cette invitation aurait « indiqué une ambiguïté quant à notre position sur l’enseignement catholique » – quel hypocrite ! Mais le meilleur est pour la fin de la lettre. Lisons là. Pour Jenkins, elles sont admirables « les conceptions et les décisions politiques d’Obama sur l’immigration, sur l’extension de l’accès aux soins médicaux, sur la réduction de la pauvreté et l’édification de la paix par les moyens diplomatiques ». Tout cela aurait « un grand voisinage avec les enseignements de l’Église sur la doctrine sociale »Jenkins aurait besoin de mettre à jour sa documentation. Il poursuit : « En qualité de premier Afro-Américain [faux !] à assumer cette charge, il a donné un coup d’accélérateur au progrès de notre pays pour surmonter l’héritage douloureux de l’esclavage et de la ségrégation ». Deux commentaires s’imposent : 1. Obama n’est pas, stricto sensu, un Afro-Américain : c’est lui qui a choisi cette catégorie raciale. Aucun de ses ancêtres africains n’est né aux États-Unis ! ; 2. Mon étude est encore en cours, mais la tribu africaine de son père biologique, les Luo (noirs d’origine nilotique), me semble avoir été un tantinet esclavagiste.
Jenkins poursuit : « C’est une figure remarquable dans l’histoire américaine, et je suis dans l’impatience de l’accueillir à Notre Dame ». Rien, absolument rien, dans cette lettre dénonçant le fanatisme pro avortement d’Obama. Tout me semble être dit… Nous avons affaire à un salaud ou à un cinglé. Je vous autorise à opiner dans un sens ou dans l’autre…



Publié dans L'affaire Notre Dame

Commenter cet article

Boris 14/05/2009 22:17

Vous parlez d'esclavagisme lié à une tribu.De plus, nous savons que M. Obama était d'abord Musulman.Dans son livre "Historiquement correct", Jean Sévillia dit que les musulmans Africains étaient largement plus esclavagistes que les européens.J'espère que votre enquête montrera que la dite tribu d'origine de M. Obama fait bien partie de ces tribus qui ont participé à l'esclavagisme de plus de 12 millions de Noirs.

Michèle 14/05/2009 18:26

Cinglé ou salaud?..Les deux , mon Général, le cumul est permis. Oui, il est atteint dusyndrome de Gaillot (déjà dit il y a quelques jours dans un autre commentaire,) mais je suis de plus en plus convaincue qu'il y a là un mélange peut-être incurable ( sauf àLourdes) de goût pour le scandale et les projecteurs et d'un orgueil peut-être diabolique...en espérant qu'il n'y a pas autre chose encore derrière sa fascination pour Barack Hussein....

Geneviève 14/05/2009 17:51

Non il est très loin d'être un cinglé ou autre ! Il est parfaitement conscient de ce qu'il fait  n'ayant tenu aucun compte des avertissements sévères de son évêque, tout comme les membres "cathos" renégats du gouvernement du pro-mort de la Maison Blanche ! C'est un Gaillot à l'américaine !

Beatrice 14/05/2009 17:27

Salaud ? Cinglé ? je dirais plutôt que c'est quelqu'un de têtu qui est convaincu qu'il sait où est le bien et où est le mal grace à ses facultés personnelles, l'orgueil le domine à tel point qu'il rejette l'autorité morale de sa mère l'Eglise. Hélas, de nombreuses personnes, convaincues d'être catholiques en sont là et comme dit le Christ : ils ne savent pas ce qu'ils font !