Californie : une nouvelle Marche pour la Vie

Publié le par Daniel HAMICHE


Vous connaissez tous, bien sûr, la March for Life nationale qui se déroule tous les 22 janvier à Washington depuis 1974. Si vous êtes un habitué régulier de ce blogue vous avez aussi entendu parler de la Walk for Life West Coast de San Francisco (Californie) dont la prochaine – ce sera la sixième année consécutive –, est programmée pour le 23 janvier prochain. Mais vous apprendrez, en même temps que moi d’ailleurs…, qu’une nouvelle Walk for Life va voir le jour le 24 octobre prochain à San Luis Obispo (Californie). Elle a été baptisée la Walk for Life Central Coast – c’est cette partie de la façade maritime du sud-ouest de la Californie qui s’étend entre la baie de Monterey et Point Conception, et qui regroupe les comtés de Santa Cruz, San Benito, Monterey, San Luis Obispo et Santa Barbara.
Il s’agit d’une nouvelle initiative destinée à ceux qui « reconnaissent la valeur suprême et la dignité de toute vie humaine ». Elle est lancée par Gianna Jessen, une rescapée d’une injection saline quand elle n’était qu’un fœtus et qui est aujourd’hui une chanteuse connue même si elle souffre encore d’une paralysie cérébrale en raison de cette abominable tentative d’avortement, et d’un pasteur baptiste afro-américain, le révérend Clenard Childress.
Il s’agit là d’une nouvelle initiative œcuménique de bon aloi, puisqu’un couvent catholique prie déjà pour le succès de cette marche et que Mgr Richard Garcia, l’évêque catholique de Monterey, dirigera, dans l’après-midi, le Rosaire pour la Vie qui sera suivi d’une sainte Messe célébrée dans l’église de la mission de San Luis Obispo. Je précise, pour les lecteurs français, que cet évêque saint Louis (San Luis Obispo) n’est autre que Louis d’Anjou, évêque de Toulouse et petit-neveu de saint Louis IX de France.
Saints et saintes de l’auguste Maison capétienne, priez et intercédez pour le succès de cette nouvelle initiative pour le don de la vie !




Publié dans évangile de la vie

Commenter cet article

Geneviève 04/09/2009 12:53

Le site Action Familiale et scolaire a mis en ligne le texte de son témoignage devant une Commission Compétente du Sénat des Etats-Unis. En voici quelques extraits :  "Ma chance a été que l'avorteur soit absent de la clinique à 6h30 le matin du 6 avril 1977. C'était très tôt et ma mort n'était pas attendue avant 9h00, heure à laquelle il devrait être présent dans son officine. Je suis sûre que je ne serais pas en vie actuellement s'il avait été là, car sa fonction était de prendre des vies et non pas de les sauver. On m'a même traitée d'avortement raté, de résultat d'un travail mal fait". Elle raconte ensuite toute l'énergie qu'elle a déployée pour s'en sortir et pouvoir survivre...