Contre l'archevêque Burke de St. Louis, la presse anti-catholique se déchaîne…

Publié le par Daniel HAMICHE

Je vous ai fait part dans mon article du 26 avril (americatho.over-blog.com/article-6492890.html), de la décision courageuse, claire et cohérente de Mgr Raymond Burke, archevêque de St. Louis (Missouri), un pasteur qui ne transige pas avec les « questions non négociables », contrairement à son confrère de Washington D.C., le cardinal Theodore McCarrick qui, devant l’assemblée plénière des évêques du Canada, le 17 octobre 2006 [1], “théorisait” la lâcheté épiscopale sur ces mêmes questions…
L’“affaire” a fait beaucoup de remous dans les médias américains dont il n’est pas exagéré de dire qu’ils se sont déchaînés contre l’archevêque de St. Louis : je suis allé voir sur plusieurs sites dans la journée et j’ai constaté un discours de haine anti-catholique, massif ou sournois.
Pour s’en débarbouiller, je n’ai rien trouvé de mieux que de vous traduire le communiqué de Bill Donohue de la Catholic League (www.catholicleague.org) de vendredi dernier.

« La décision de l’archevêque de St. Louis, Mgr Raymond Burke, de démissionner du conseil d’administration de la Cardinal Glennon Children’s Foundation, en raison de son refus d’annuler la prestation de la militante pro-avortement Sheryl Crow à un spectacle de bienfaisance, est un sujet légitime pour la presse. Ce qui n’est pas légitime c’est l’attitude voyeuriste prise par le quotidien St. Louis Post-Dispatch, la chaîne de télévision KMOV (une filiale de CBS) et d’autres : ils ont invité le public à exprimer son opinion sur la décision de Mgr Burke.
Le St. Louis Post-Dispatch avait du présenter ses excuses aux catholiques en janvier 1999, pour avoir autorisé l’insertion dans son édition d’une luxueuse brochure anti-catholique. Le journal s’était excusé de n’avoir pas précisé à ses lecteurs qu’il s’agissait là d’une publicité payante, mais il n’eut pas la décence de s’excuser pour en avoir permis l’insertion en première place. La veille, ce même journal avait permis à un autre groupement anti-catholique de mettre une pleine page de publicité dans ses colonnes. Maintenant, il invite les non-catholiques à donner leur avis sur une affaire interne à l’archidiocèse de St. Louis, attirant les bigots à exprimer leur haine sur son site internet. Il est même allé encore plus loin en publiant un dessin satirique dans cette édition demandant aux lecteurs d’inventer une légende.
KMOV, maintenant, exige de savoir pourquoi Mgr Burke n’a pas soulevé de problèmes concernant d’autres spectacles de bienfaisance auxquels participèrent d’autres vedettes dont on peut soutenir que leur présence était choquante. L’archevêque est trop bien élevé pour dire ce que nous n’avons pas peur de dire : allez vous faire voir ! Ce ne sont pas vos affaires. KMOV joue également au voyeur en demandant aux protestants, aux juifs, aux musulmans, aux agnostiques et aux athées de venir mettre leur nez dans les affaires d’une autre religion. En fait, cette chaîne est tellement obnubilée par le catholicisme qu’elle s’enorgueillit de quatre enquêtes consacrées à l’Église catholique sur son site internet. Toutefois, aucune autre religion n’est sujet à enquête.
Le St. Louis Post-Dispatch et KMOV voudrait bien manipuler l’Église catholique – et c’est ce qui se dissimule derrière leurs enquêtes idiotes. C’est à croire qu’ils ne savent pas qui nous sommes et contre qui ils sont. »

Post Scriptum : vendredi matin j’ai adressé un courriel de félicitations et d’encouragement destiné à Mgr Burke, aux bons soins d’Anne Steffens qui dirige la communication de l’archidiocèse, saluant notamment « sa clarté et sa cohérence morales », et le ponctuant par un « Three cheers for Archbishop Burke ! ».
Dimanche soir, je recevai un réponse de Monseigneur Vernon Gardin, vicaire général de l’archidiocèse, commençant par un « Merci beaucoup ! » en français. En voici la traduction : « Merci beaucoup pour avoir exprimé votre soutien à notre archevêque et à son témoignage pro-Vie. Nous avons reçu près de mille courriels relatifs à cet événement. L’archevêque a voulu qu’on réponde à chacun sans retard, et c’est pourquoi il m’a demandé de vous répondre. C’est vrai que nous avons de la chance [2] de posséder un responsable spirituel qui ne transige pas sur l’enseignement moral du Christ et de Son Église. Je sollicite vos prières en ces temps de défi dans notre pays, alors que nous travaillons tous ensemble pour construire une “culture de vie” et non de mort ».
Ce qui démontre que non seulement Mgr Burke est un pasteur catholique, mais qu’il est aussi un homme d’une parfaite courtoisie…

[1] www.cccb.ca/site/content/view/2364/1214/lang,eng
[2] Monseigneur Gardin a bien lu – et compris – la fin de mon précédent article…


Publié dans vocations religieuses

Commenter cet article