Deux évêques ont démissionné, un évêque a changé de diocèse, un siège vacant

Publié le par Daniel HAMICHE

 

BishopCupich(2007)

 

 

La journée d’hier a été fertile en événements touchant à l’Église aux États-Unis, avec la nomination par Benoît XVI d’un nouveau cérémoniaire américain et de deux évêques auxiliaires pour l’archidiocèse de Boston. Ce même jour, d’autres acceptations de démissions et une nomination par le Saint Père ont modifié la physionomie de l’épiscopat américain.
Le pape a accepté, hier, la renonciation à l’office d’auxiliaire de l’archidiocèse de Hartford (Connecticut) de Mgr Peter A. Rosazza, pour limite d’âge. Le prélat avait atteint les 75 ans le 13 février dernier.
Le pape a également accepté la démission de Mgr William S. Skylstad de l’office d’évêque de Spokane (Washington) pour les mêmes raisons. Mgr Skylstad a fêté ses 76 ans le 2 mars dernier, et il a nommé, pour le remplacer, Mgr Blase J. Cupich (photo ci-dessus) qui était évêque de Radip City (Dakota du Sud) depuis 1998. Le diocèse de Rapid City est donc vacant.
Le diocèse de Spokane compte 741 000 habitants dont 101 700 catholiques, 97 paroisses, 152 prêtres, 55 diacres et 303 religieux.
Le nouvel ordinaire est né en 1949 à Omaha (Nebraska) dans une famille qui compte neuf enfants et fut ordonné prêtre pour l’archidiocèse d’Omaha en 1975. Le prélat, qui a été secrétaire de la nonciature du Saint-Siège à Washington de 1981 à 1987, est connu pour son intérêt envers les vocations et les séminaires. Il fut recteur du Pontifical College Josephinum de Columbus (Ohio) de 1989 à 1996, président de la commission des vocations de la Conférence épiscopale de 2004 à 2007, et fut nommé visiteur apostolique par le Saint Siège lors de la visite des séminaires américains (2005-2006).
Thomas Peter, l’animateur d’American Papist, ne s’était pas trompé en annonçant, dès le 29 juin, la nomination de Mgr Cupich comme très probable.

 

 


Publié dans épiscopat

Commenter cet article

luc Perrin 01/07/2010 15:32



C'est surtout sur le partant, l'émérite Mgr Skylstad qu'il convient d'éclairer un peu les lecteurs. Car en soi, Spokane n'attire pas l'attention, ce n'est pas un siège majeur. Mais le désormais
émérite Mgr Skylstad n'a guère de ... mérites. Il fut président de l'USCCB et, fait plutôt rare, un opposant déterminé, acharné au traditionalisme et à la Messe romaine traditionnelle. Il fit
même le voyage de Rome avant le fameux 7/7/07 pour joindre sa voix au clan des opposants épiscopaux européens. Ajoutons que cet évêque catholique-libéral a déclaré son diocèse en faillite à la
suite de condamnations en justice pour faits d'abus sexuels par son clergé.


En résumé, la politique de nomination de Benoît XVI est aussi cohérente et constante, malgré quelques rares écarts, en Amérique du Nord qu'elle est peu lisible, brouillée en Europe. Pourquoi ce
grand écart de part et d'autre de l'Atlantique, alors même que le pape crée, d'abord pour l'Europe, une nouvelle Congrégation romaine chargée - tâche herculéenne - de réinsuffler du dynamisme
évangélique dans une Église européenne exsangue, anémiée par un épiscopat à dominante catholique libérale depuis plusieurs décennies. C'est un peu le "mystère Benoît XVI".