Haine anti-catholique d'un « conseiller privé » d'Obama

Publié le par Daniel HAMICHE


On les a surnommé les « tsars » d’Obama. On en a, avec difficulté, identifié 32 en juillet dernier, mais leur nombre pourrait être plus important. Ce sont des “conseillers” d’Obama dont ils relèvent personnellement, investis d’un pouvoir de contrainte absolu qu’ils tiennent de leur patron, favorisés de salaires de loin plus confortables que ceux des fonctionnaires de haut échalon, et qui ont échappé à toute confirmation par le Sénat. Ils n’ont donc aucune légitimité constitutionnelle, mais disposent d’un énorme pouvoir de nuisance. Si les mots ont encore un sens en français, je placerais tous ces “commissaires politiques” sous l’étiquette de “racaille gauchiste” !
Le 6 juillet dernier, Kevin Jennings (photo avec Obama), 46 ans, était nommé « tsar » pour « l’école sûre et sans drogue »
auprès du ministère de l’Éducation. Or, cet homme est un pervers sexuel dont je n’ai pas le goût de préciser ici les turpitudes. Qu’on sache seulement qu’il est co-fondateur du Gay, Lesbian and Straight Education Network dont l’objectif est de convaincre les petits écoliers américains (!) que les relations charnelles entre personnes de même sexe constituent un comportement normal, qu’il est un ardent admirateur de Harry Hay de la North American Man/Boy Love Association  qui préconise la dépénalisation des relations sexuelles entre adultes et enfants, et qu’il fut, selon son actuel “compagnon”, membre actif d’ACT UP aux États-Unis, et il fut, évidemment, un des dévoués collecteurs de fonds pour la campagne présidentiel d'Obama. Avec des hommes comme cela « l’école sûre » ne l'est pas vraiment…
Ce personnage vient de s’illustrer en aidant au financement d’une exposition retrospective sur ACT UP à caractère pornographique à la Harvard University et violemment anti-catholique. La position bien connue de l’Église catholique sur les questions d’éthique sexuelle, lui a valu les foudres d’ACT UP : cette association allant même jusqu’au sacrilège contre le Saint-Sacrement (cathédrale St. Patrick de New York en 1989). Une des affiches (voir ci-dessous) d’ACT UP qui “orne” cette exposition est particulièrement infecte : elle montre côte à côte la silhouette du feu cardinal archevêque de New York, John O’Connor (décédé en 2000) et celle d’un préservatif masculin avec en grosses lettres rouges le texte ordurier « Know your Scumbags » (sachez reconnaître vos sacs à f……). ACT UP était furieux de la position du cardinal maintenant fermement les enseignements de l’Église.
Voilà un parfait exemple de ce qu’est un « tsar » d’Obama ! J’offre cet article à mes confrères de L’Osservatore Romano, et à quelques prélats de Curie, qui bavent encore devant le pire ennemi de l’Église qui se soit jamais assis dans le Salon ovale de la Maison Blanche.





Publié dans cathophobie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Cela semble "incroyable mais vrai", la réalité dépasse la fiction hollywoodienne ,dans ce qu'il y a de pire.<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> je l'encensais, bien sûr, et pardon pour la faute !<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Au tout début de la prise de fonction d'Obama, je l'encençais car, pendant sa campagne, il avait parlé d'un projet séduisant concernant le système de santé, proche de celui de la sécurité sociale<br /> française, où tout le monde pourrait se faire soigner, sans considération de revenus.<br /> <br /> Et quand j'en parlais à des gens de type africain, ils me répondaient tous qu'Obama me décevrait vite en tant que président des Etats-Unis. Comme quoi les Noirs sont plus lucides que les Blancs.<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Même les francs-maçons Washington et Jefferson seraient absolument horrifiés devant l'évolution de la fonction présidentielle en une bureaucratie pléthorique digne de la Cour Impériale chinoise en<br /> son pire état de décadence.<br /> <br /> A part ça, même en retirant tout l'enseignement de l'Eglise en matière de mœurs et de respect de la vie, l'action d'Obama resterait effroyablement répugnante. Alors en prenant en compte<br /> l'enseignement de l'Eglise, Obama semble effectivement prendre directement ses ordres de Satan. <br /> <br /> <br />
Répondre