Inside the Vatican : la crise grave que traverse l’Église met en danger sa liberté

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Robert Moynihan, le patron américain d’Inside the Vatican, un très intéressant magazine publié à Rome en anglais, réfléchissait hier, dans son bulletin informatique, sur la « crise grave » que traverse l’Église en relation avec les trois derniers incidents préoccupants qui sont venus à notre connaissance : la “descente de police” à l’archevêché de Bruxelles, la décision de la Cour suprême des États-Unis qui semble permettre au tribunaux américains de poursuivre le Saint Siège et la réprimande publique, sans précédent, subie par le cardinal Christoph Schönborn qui avait critiqué, notamment, la manière dont des autorités vaticanes avaient traité la crise des abus sexuels.
Des commentaires à la fois intéressants et inquiétants, sachant que Moynihan est un homme bien informé et que ce qu’il dit pourrait bien aussi être l’expression des préoccupations actuelles du Vatican…

  • « Tout cela veut dire, essentiellement, que l’Église est traité de plus en plus, non pas comme une “société” ou une “institution” privilégiée, ou comme un ”État” souverain, ou encore comme une “religion” bénéfique accomplissant une œuvre de charité dans ce monde au nom de Dieu, et donc susceptible d’être traitée avec un respect profond et particulier, mais comme une société qui a dissimulé des abus sexuels commis sur des enfants.
  • Le danger n’est plus que l’“image” de l’Église va souffrir alors que les gens apprennent qu’un prêtre a commis le crime indicible d’abus sexuels, mais il est que l’Église dans son ensemble  peut être soumise à des enquêtes légales et judiciaires qui vont limiter sa liberté.
  • C’est la liberté de l’Église qui est menacée.
  • C’est une menace qui a débuté avec les crimes d’individus, qui s’est développé avec les actions inadéquates de leurs supérieurs, et qui maintenant se “métamorphose” dans un cauchemar de raids policiers et d’actions légales contre le Saint Siège. On dirait qu’émerge lentement un climat légal et social qui pourrait finir par autoriser une persécution contre l’Église en tant qu’institution.
  • L’intensification de cette crise survient précisément alors que le danger d’une progression de la baisse de l’économie mondiale s’accroît [avec toutes les injustices qui l’accompagneront].
  • Si les injustices s’accroissent alors que s’intensifie la catastrophe économique que nous avons devant les yeux, le monde aura besoin d’une autorité morale pour dénoncer les injustices et appeler au calme et à la sagesse dans une crise qui s’approfondira.
  • Benoît XVI a l’intention de purifier l’Église, de “nettoyer la maison”, à la fois parce que c’est la chose qu’il faut faire, et de sorte que l’autorité morale de l’Église ne soit pas invalidée aux yeux du monde par le péché de quelques-uns de ses membres et responsables.
  • Benoît XVI s’efforce (…) de gouverner l’Église et de réformer l’Église. »

 

 

 



Commenter cet article

Perpétue 02/07/2010 05:08



@ Iphigénie: Je crois que le pape actuel se trouve dans la situation dans laquelle se trouvait le pape Pie XII pendant la seconde guerre mondiale. Il s'est trouvé lui aussi obligé de se taire
pour ne pas aggraver les souffrances du peuple juif. Mais il s'activait aussi à les sauver autant qu'il pouvait par le réseau de l'Église, en secret. J'espère bien évidemment que Benoît XVI va
faire quelque chose de concret pour sauver les Chrétiens d'Orient. Et peut-être bien que c'est nous qui serons ses instruments. Vivement qu'il nous donne ses instructions!


Je crois que Benoît XVI suit les ordres du Christ lorsqu'il se montre "prudent comme les serpents et candide comme la colombe" (Matthieu 10, 16). (OH! Est-ce que le Christ n'aurait pas dû
utiliser le mot serpent parce qu'il renvoie au premier tentateur?)   Ne soyons pas trop à cheval sur les mots, ne jugeons pas le saint Père mais prions pour lui, et prions pour nos ennemis
que vous avez si bien identifiés.



Iphigénie 02/07/2010 01:56



J'aime Benoît XVI, mais à vouloir trop tendre la main, on risque la paralysie. Nous n'avons que faire d'un pape " malin". Je trouve le terme plutôt mal choisi, car malin, quoique
minuscule, renvoie à Malin, avec la majuscule.Ce qui, pour un pape...Mais passons. Benoît XVI est d'une intelligence suprême.Il ne manque même pas de courage, mais certains politicards
de son entourage  et autres teneurs de plumes, le font apparaître comme pétri de frousse.Quant à éviter les actions criminelles des musulmans contre leurs concitoyens d'Orient ou d'Asie
Mineure,la teneur pusillanime des discours du Pape ne les a en rien diminuées. Nos frères chrétiens d'Orient n'ont plus le choix "qu'entre la valise ou le cercueil", comme on le disait
des pieds-noirs, du temps de la guerre d'Algérie.Leurs églises n'ont pas cessé d'exploser, ni d'être ravagées par les incendies. leurs filles sont toujours harcelées dans la rue et sur le
chemin des écoles. De la Turquie, qui pilote le rêve musulman de bouter les juifs hors de leur rive de Méditerranée, afin que la Umma s'étale sans interruption jusqu'à Rabat, au
Pakistan,  et au Nigéria, l'Islam continue de faire ce en quoi il excelle: tuer, discriminer, lapider , poignarder dans le dos, convertir de force, violer (cf.les jeunes filles coptes
d'Egypte, souillées puis mariées de force à leurs agresseurs ou égorgées-Cela se passe chaque semaine,dans l'indifférence internationale,en ce pays où leurs ancêtres
précédèrent de plusieurs siécles les musulmans ). De même qu'il est désolant d'entendre le Pape, à chaque fois qu'un prêtre catholique est massacré en Turquie (toujours elle, la
fausse modérée, l'agitatrice en chef du bouillon de haine islamique), pleurnicher et se répandre en propos lénifiants sur la nécessaire amitié entre les peuples et les cultures. De quoi
accréditer l'éternelle thèse officielle turque qui voudrait que tous ces assassins de chrétiens soient des psychopathes! Pour faire face à l'hégémonisme et aux prévarications inhérents à
l'Islam, il faut de la fermeté, un sens de l'anticipation et surtout un certain talent à dénoncer et décortiquer ses mensonges. A chaque opération de "taqqiya"( recommandation coranique à
mentir en cas de besoin et travestir ses intentions devant les non musulmans), devrait correspondre, de la part ,non seulement du Vatican mais aussi de tous les non "soumis" par l'Islam, une mise
au point. Histoire de dire:" Nous ne sommes pas dupes.Des actes concrets, pas de simples mots! Laissez nous édifier autant d'églises en ce que vous appelez "Terres d'Islam", que vous exigez
d'en construire chez nous.Arrêtez de contraindre vos apostats à la clandestinité!En un mot comme en cent, chers "muslims", ajoutez à votre  Coran, catalogue farci d'adroits "pompages" de la
Torah et du Nouveau Testament , cette simple maxime: "Ne fais pas à autrui, ce que tu ne voudrais pas que l'on te fît."A partir de là nous pourrons commencer à être vo frères et
soeurs.          



Luiz da Rocha 01/07/2010 19:46



J'ignorais complétement le role de Mgr. Padovese. C'est terrible.


En effet la religion de Mahomet bénefficie des la complicité des résidus des communismes, fascismes et autres doctrines de rancoeurs. Qui se ressemble s'assemble et malheureusement la rancoeur
est un état existentiel très répandu. Je crains en effet que nous ne soyons déjà dans la réalité de l'Apocalypse. À part St. Jean Damascène, le Pape qui a adressé une missive à Mahomet le Turc et
les écrits du Jésuite Portugais Padre antónio Vieira qui prouvait l'inspiration satanique de l'islam, je vois se répandre une censure de plus en plus opressante qui fait passer la mahométanisme
pour la doctrine de l'amour et de la paix. ( Voir les tentations du désert, etc.). Un grand problème vient aussi d'individus comme le Cardinal touran qui ne cesse de faire du prosélytisme en
faveur des mahométans. quelle détresse d'être pris par une déferlante de non-sens.



Perpétue 01/07/2010 17:47



@Luiz da Rocha:


Benoît XVI a commencé son pontificat comme un lion vis-à-vis de l'islam avec le discours de Ratisbonne. Mais il a dû choisir une autre approche sans quoi une vilence horrible se déchaînerait sur
les chrétiens qui vivent au milieu des musulmans.


D'ailleurs, n'en doutez pas, l'assassinat de Mgr. Padovese, vicaire apostolique d'Anatolie, était destiné au pape. Mgr. Padovese était le
principal conseiller du pape en matière d'islam, et il était très lucide. Il devait rejoindre le pape à Chypre pour la présentation du document de travail pour le synode du Moyen Orient dont il
était l'un des principaux rédacteurs.


"Le fait capital c’est que Padovese a annulé les billets d’avions (le sien et celui d’Altun, son assassin) seulement quelques heures avant l’embarquement à destination de Chypre..."


http://benoit-et-moi.fr/2010-II/0455009d6b0fa2a05/0455009d920d8f42d.html


Il est aussi très important de savoir que Mgr. Luigi Padovese était l'un des principaux conseillers de Benoît XVI concernant l'islam, et qu'il était très lucide.


Voici un extrait d'une conférence qu'il donna en 2007:


«Grande est la distance qui sépare les deux religions. Il faut d'abord savoir que l'islam se considère comme la révélation ultime, plus complète et plus rationnelle. Il s'ensuit que ceux qui ne
le suivent sont dans une position d'infériorité; devenir chrétien, pour un musulman, signifie régresser à un état inférieur. Dans ces circonstances, exiger la réciprocité en matière de liberté
religieuse est une utopie. Un musulman peut la réclamer dans un pays chrétien, mais pas l'inverse. Concrètement, la liberté de conscience n'existe pas en Islam et l'exercice des autres religions
n'est pas libre, mais toléré." La suite:


http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0306101_padovese


 


 


 



Perpétue 01/07/2010 17:01



@Iphigénie: Je suis désolée que vous ayez si mauvaise opinion du pape. Je comprends qu'il puisse sembler à certains qu'il manque de courage, mais quant à moi, je le trouve très malin. Pour
contrer Obama, quoi de mieux que de nommer tous ces excellents évêques aux USA ( c'est son travail après tout). Eux vont s'opposer au président, et c'est
d'ailleurs déjà bien commencé.