Joe Biden, la nouvelle constitution du Kenya, l’argent pour les avorteurs, le mépris et les bombes pour les pro-vie…

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Il y avait eu quelques interrogations parmi mes lecteurs, et chez ceux des blogues qui reprirent mon information du 19 juin dernier, sur les honteuses, scandaleuses et illégales promesses faites par le vice Président “catholique” Joe Biden devant une assemblée d’électeurs au Kenya pendant la campagne sur la nouvelle constitution de ce pays, qui sera soumise à référendum le 4 août prochain. Le texte de cette nouvelle constitution permet un accès facilité à l’avortement, une cause très chère à l’administration Obama, mais qui ne l’est pas pour les Églises du Kenya et les mouvements pro-vie américains. Je devais exagérer quand j’écrivais que Biden avait promis des « flots d’argent » si le “droit” à l’avortement figurait dans la constitution. Je persiste et je signe. Et je complète…
Grâce à InsightScoop, un service du blogue d’Ignatius Press, je viens de trouver un petit papier fort intéressant du Catholic Information Service for Africa. Le voici :

  • « M. Biden a dit que “ce n’était pas ses affaires de savoir comment les Kenyans voteront” lors du référendum du 4 août, mais il les a pressés de saisir l’occasion pour amener un changement. “Vous êtes le meilleur espoir de ce pays”, a-t-il dit. Il a pressé les Kenyans de ne pas se reposer sur leurs responsables politiques pour amener le changement, disant qu’ils ne peuvent qu’y aider. “Le changement ne viendra pas d’en haut mais de vous”. Il a dit à l’auditoire que le gouvernement des États-Unis ne pouvait pas obliger une portion de ses responsables élus ce qu’il convenait de dire sur le débat constitutionnel en cours au Kenya. “C’est un des désavantages de la démocratie” a-t-il déclaré en référence à des informations selon lesquelles des groupes de droite américains soutenaient les efforts de responsables religieux du Kenya pour défaire le projet de constitution. Les Églises du Kenya sont opposées à la clause sur l’avortement qui permet aux professionnels de la santé de mettre un terme à une grossesse si la santé de la femme est en danger, et des informations signalent qu’elles reçoivent de l’argent des anti-avortement américains pour battre la nouvelle loi [constitutionnelle]. “Ne confondez pas cela avec la position du président des États-Unis, du vice Président des États-Unis et du gouvernement des États-Unis” a-t-il répondu au Pasteur Timothy Njoya qui l’interrogeait sur cette question”. »

C’est pour le vice Président “catholique” Joe Biden un « désavantage de la démocratie » que des groupes pro-vie américains combattent l’introduction de mesures facilitant l’avortement dans la loi fondamentale du Kenya. Ce que ne dit pas Biden, mais ce qu’a révélé l’ambassadeur des États-Unis à Nairobi, c’est que les États-Unis ont déjà offert – au moins, officiellement… – 2 millions de $ pour aider à « l’éducation civique » visant à faire avaler le projet de constitution aux Kenyans. Une partie de cet argent n’aurait-il pas servi à confectionner des explosifs ? Le mois dernier, un rassemblement de pro-vie et de groupes religieux du Kenya, opposés à l’avortement dans la constitution, a été victime de deux attaques à la bombe…

 


Commenter cet article

Castelrey 15/07/2010 11:39



Oui des herbes...Mais surtout les Kenyans sont un peuple noble, si quelq'un avait l'avis éclairé d'un Bernard Lugan sur la question....Je n'ai malheureusement que peu de souvenir de ses
interventions pourtant remarquables sur Radio-Courtoisie. Je parirait sur la chose suivante : les kenyans sont parmis les afriquains, les plus nobles. Ne s'agit-il pas encore là de corrompre des
élites : fierté, noblesse de coeur, courage....Hum?



Klenik 13/07/2010 16:05



je ne connais pas le Kenya, je ne peux donc apporter que mon temoignage sur des pays d'Afrique centrale que je connais bien,


donner de l'argent pour 'favoriser la culture de mort', vous pouvez etre surs que ce n'est pas la priorite des dirigeants de ces pays ; j'attends que nos corps diplomatiques aient assez de
courage pour denoncer ce qui est fait des aides au developpement depuis des decennies


il eut ete souhaitable que M. Biden visite les hopitaux, les conditions d'hospitalisation, de soins, d'aseptie...  je peux donner une longue liste des dysfonctionnements en ce domaine ; et
demandez-vous pourquoi l'Ordre de Malte se refuse a doter ces pays de dons 'medicaments'


de plus, les Africains n'ont pas attendu M. Biden et ses 'bons' conseils. Il existe des plantes abortives dans ces pays.