L’archidiocèse de Denver refuse l’inscription dans une de ses écoles de l’enfant d’un couple de lesbiennes

Publié le par Daniel HAMICHE


C’est une controverse qui va sans doute faire beaucoup de bruit aux États-Unis…
L’école maternelle de la paroisse de la Sacred Heart Church à Boulder (Colorado) s’est aperçu, en étudiant les dossiers de réinscription  des enfants pour la rentrée prochaine, que l’un des élèves était l’enfant d’un couple de lesbiennes. L’archidiocèse de Denver, dont l’ordinaire est Mgr Charles Chaput, a fait savoir aux responsables de la maternelle que la réinscription devait être refusée ce qui a provoqué consternation et « dégoût » chez certains membres de l’administration de l’école, encore une fois mus par une compassion aussi excessive que fausse.
Vendredi dernier, l’archidiocèse a réagi à ces critiques en expliquant que « la principale raison pour laquelle les parents choisissent de mettre leurs enfants dans les écoles de l’archidiocèse de Denver, c’est pour renforcer la foi et les valeurs catholiques que la famille s’efforce de vivre à la maison. Pour préserver la mission de nos écoles et pour respecter la foi de communauté catholique en général, nous attendons de toutes les familles qui inscrivent leurs élèves de vivre conformément à l’enseignement catholique. Nos règles d’admission précisent très clairement : “Personne ne sera admis en tant qu’élève dans une quelconque de nos écoles catholiques à moins que cette personne et son (ses) parent(s) n’adhère à la philosophie de l’école et n’accpete de respecter la politique d’éducation et les règles de l’école et de l’archidiocèse”. Permettre à des enfants, dans cette situation particulière, de poursuivre leur scolarité dans notre école serait cause de confusion pour les élèves, en ce sens que ce qu’on leur enseignerait à l’école serait en conflit avec ce qu’ils vivent à la maison ». La déclaration de l’archidiocèse se termine ainsi : « Nous avons indiqué à ce couple la politique qui prévaut à l’école catholique du Sacred Heart of Jesus dès que nous avons eu connaissance de cette situation. Nous avons discuté de nos raisons avec lui et avons cherché à répondre à cette situation d’une manière qui ne soit pas brutale et n’entraînant pas l’expulsion immédiate de l’élève mais qui, en même temps, respecte l’intégrité de la philosophie de l’école catholique. »

Qu’en pensez-vous ?



Commenter cet article

le Goff 09/03/2010 19:29


je suis en accord total avec ce commentaire :
c'est très injuste pour l'enfant ! c'est une très grave erreur.

"il me souvient qu'au 17è siècle les écoles des jésuites étaient tellement élevées du point de vue éducatif que la majorité des familles bourgeoises protestantes y mettaient leurs enfants afin
qu'ils reçoivent un bon enseignement; résultat la génération suivante se convertit en masse ce qui d'ailleurs décida Louis XIV à abolir l'édit de Nantes malheureusement un peu trop tôt entrainant
les effets funestes que l'on connaît, mais ceci est une autre histoire.
Une école catholique qui donne une enseignement de haut niveau et qui reste ferme sur l'enseignement du cathéchisme donné aux élèves a toutes les chances d'obtenir la conversion des élèves ou
pour ceux qui sont déjà catholiques leur maintien ferme dans la foi catholisue et de plus par les enfants elle a toutes les chances de convertir les parents.
mais pour cela, il faut que l'école soit ferme dans son projet éducatif et dans son enseignement de la Sainte Doctrine Catholique et ferme sur la tenue publique des élèves.

Si l'enfant a des problèmes ensuite avec le comportement de ses parents, c'est à l'école de prendre particulièrement soin de lui et de le soutenir dans ses doutes et ses souffrances sans juger ni
porter l'anathème; c'est ainsi qu'agissait Notre Seigneur, avec grande fermeté doublée d'une immense douceur. "



Le Goff 09/03/2010 19:22


Je suis homo, du moins l'ai-je été dans ma jeunesse. cette histoire me pose un grave problème de conscience. En connaissance de cause, je suis contre l'adoption par des couples homos d'enfants, pas
contre le fait qu'un homo apporte de l'affection à un enfant ! En revanche, dans ce cas, une des deux femmes est mère de l'enfant, et cet enfant n'a pas à pâtir de l'homosexualité de sa mère. Je
crois au contraire que ce gosse aurait dû être soutenu...


Alain 09/03/2010 19:15


Merci à Benoît XVI car c'est lui qui soutient et redresse l'Eglise d'aujourd'hui.
Il nous donne le courage de ne pas baisser les bras devant les modernistes qui ont fait tant de mal à l'Eglise de puis 50 ans.
Dieu ne se trompe pas quand Il choisit un nouveau PIERRE pour son Eglise. 


Thierry Emany 09/03/2010 13:55


La barette cardinalice immédiate pour Mgr Chaput!


Roger Bélanger 09/03/2010 01:08


Il faut vraiment s'être endormi l'oreiller sur la tête pour ne pas voir l'intrusion progressive des forces des ténèbres par la moindre faille dans l'édifice !!!
Les catholiques américains se tiennent debout et doivent conserver leur attitude de vigilance et d'action paisiblement forte. Sans quoi ils subiraient le sort du Québec : une déchristianisation
massive par la sape du fondement même de toute société humaine et de l'Église en activant l'instinct de rébellion si facile à éveiller.
Au Canada et surtout au Québec, toutes les débauches ou presque qui visent à l'effondrement des familles ont cours, à cause de la complaisance, cette maladie sournoise, héritage d'Adam qui pécha
par complaisance pour Ève. Ici, au Québec, cette complaisance affecte même l'Église. On l'a vu avec l'implantation des cours ECR ou tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Toutes les orientations contraires à la morale naturelle sont devenues intouchables et sont imposées même contre la volonté du peuple.
C'est ce qui guette les Églises qui ne savent pas demeurer dans la sobriété évangélique.
Roger Bélanger