L'enseignement secondaire catholique est le plus performant…

Publié le par Daniel HAMICHE

 

La National Catholic Educational Association (NCEA) vient de faire paraître ses statistiques pour l'année scolaire 2009/2010. La NCEA, dont la création remonte à 1904, est la plus grande association privée des professionnels de l'enseignement : elle regroupe 200 000 éducateurs catholiques au service de 7,6 millions d'élèves et d'étudiants (élémentaire, secondaire, supérieur et universités).

Selon ces statistiques, 99,1 % des élèves du secondaire catholique ont obtenu leur diplôme de fin d'études : les écoles religieuses non-catholiques n'ont qu'un taux de réussite de 97,9 %, les écoles privées non religieuses, 95,7 % et le secteur public, 73,2 %.

Les élèves du secondaire catholique ont deux fois plus de chance de réussir leur cycle supérieur (quatre ans) que les élèves du secteur public : respectivement 84,7 % de réussite contre 44,1 %.

La réussite de l'enseignement secondaire catholique est écrasante si on la compare aux piètres résultats du secteur public. Mais il faut aussi faire litière d'un mythe : cet enseignement n'est pas élitiste et réservé aux familles disposant de moyens. Il éduque aussi un très grande nombre d'enfants de familles pauvres et défavorisées et, visiblement, leur permet, contrairement au secteur public, d'atteindre un excellent niveau d'éducation.

L'excellence du secondaire catholique est un phénomène constant depuis au moins ces 25 dernières années.

 

 



Commenter cet article

Denis Cloutier 02/05/2010 03:02



Le résultat est probablement du a la foi


 Faire la fusion entre la foi et le travail, voilà la mission de l'Opus Dei


 


Frédéric Dolan explique la mission de l' Opus Déi


http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_charette/2009-2010/chronique.asp?idChronique=109772



Roger Bélanger 02/05/2010 01:19



Merci, monsieur Hamiche, pour cet article très intéressant.


Il y a 50 ans le Québec vivait la même situation. Vint la révolution laïque dite "tranquille". Quelques trop rares établissements scolaires religieux catholiques ont survécu et demeurent encore
aujourd'hui en tête du peloton. Les laîcistes propagent toujours le même mythe: le privé n'est que pour les riches et drainent les meilleurs enseignants, ce qui nuit à la qualité du public !!!


Félicitations à l'Église des États-Unis d'Amérique qui a su conserver ses maisons d'enseignement, tenir le cap et la qualité malgré la dérive que vous rapportez quant à quelques exceptions.


Je ne peux m'empêcher de rapporter que le mouvement scolaire fondé au Canada par Marguerite Bourgeois a vu fondre son patrimoine dont l'un des bâtiments pourrait bien passer prochainement aux
mains de l'Islam !!!...


Vos bonnes nouvelles sont un baume sur nos plaies.