L’évêque de Madison étrille la CHA, Network et Nancy Pelosi

Publié le par Daniel HAMICHE


MorlinoBishop


Dans son long éditorial paru hier dans le Catholic Herald, l’hebdomadaire officiel du diocèse de Madison (Wisconsin), l’évêque Robert C. Morlino se livre à une critique impitoyable – équivalente à celle de Mgr Charles Chaput – des organisations et personnalités “catholiques” qui ont contredit frontalement les évêques américains sur les dangers de l’ObamaCare, et n’ont pas peu contribué à égarer les législateurs catholiques de la Chambre des Représentants et l'opinion publique. En voici quelques extraits choisis.

  • « Je ne peux pas laisser passer les agissements de la Catholic Health Association et d’un organisation nommée Network, un lobby de religieuses américaines, qui ont déclaré, et tout à fait publiquement, que ce que les évêques avait enseigné [sur l’ObamaCare] était faux. Elles ont dit que la loi procurait vraiment un cadre adéquat pour qu’un catholique puisse obéir à sa conscience en matière d’avortement. Nous avons donc une organisation commerciale – la Catholic Health Association – qui se dit “catholique” et des religieuses qui se disent “catholiques” déclarant : “Désolé, messeigneurs, vous avez tout faux : voici ce qu’enseigne l’Église”.
  • Notre-Seigneur Jésus-Christ, aussi indignes que soient les évêques, à appelé les évêques pour conduire le peuple dans la foi. Il n’a appelé personne de la Catholique Health Association et aucune religieuse de Network. Par-dessus le marché, ces religieuses, qui ont signé le document de Network, disent qu’elles parlent au nom de 59 000 religieuses américaines, c’est-à-dire de toutes les religieuses qui existent aux États-Unis. Toutefois, un autre regroupement de religieuses à fait savoir publiquement son désaccord avec Network. Malheureusement, c’est la prétention de ces religieuses de Network à représenter toutes les religieuses qui est en fait faux, pas l’enseignement des évêques.
  • Et, bien entendu, des gens comme Nancy Pelosy ne se sont pas gênés pour brandir la lettre de la Catholic Health Association et celle de Network comme couverture pour les législateurs Démocrates qui hésitaient quant à la protection de la vie humaine innocente. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, n’a pas été appelée par Jésus-Christ pour diriger les fidèles catholiques, pas plus que les religieuses de Network et pas davantage les dirigeants de la Catholic Health Association.
  • Ce sont les évêques qui sont appelés à enseigner, à sanctifier et à gouverner. (…) Mais si les gens ne veulent pas reconnaître cette autorité alors ils ne peuvent pas abandonner leur responsabilité aux pieds de ceux qui désobéissent. Le Pape et les évêques ne sont responsables que si leur autorité est acceptée. Celui qui était alors le cardinal Ratzinger à lui-même déclaré que dans notre monde contemporain le mot “obéissance” avait disparu du vocabulaire et que l’obéissance, en tant que fait, avait été anathémisée.
  • C’est ainsi qu’un mal considérable a été fait à l’Église parce que des gens dans l’Église s’interrogent : “Qui parle au nom du Christ ? Est-ce que la Catholic Health Association parle au nom du Christ ? Est-ce que Network, une organisation de religieuses, parle au nom du Christ ? Enseignent-elles avec l’autorité des évêques ? Est-ce que l’enseignement de l’évêque n’est rien d’autre qu’une opinion différente ?”.
  • Si nous continuons sur ce chemin, alors l’autorité des évêques continuera à s’éroder et avec elle l’autorité de l’Église du Christ. Les évêques sont des pécheurs, ils ne sont pas parfaits. Les Apôtres ne l’étaient pas davantage à tous moments, c’étaient aussi des pécheurs. Dans Sa sagesse, que nous ne pouvons pas comprendre, Jésus a appelé les évêques, les successeurs des Apôtres aujourd’hui, à enseigner la parole du Christ au peuple, et Il les a appelé d’une manière dont Il n’a pas appelé d’autres, y compris les prêtres. C’est ce que nous voulons exprimer quand nous disant que l’Église est apostolique. L’évêque est un authentique Apôtre pour autant qu’il enseigne avec le Saint Père, et le prêtre est un authentique Apôtre pour autant qu’il enseigne avec l’évêque. C’est ainsi que ça marche.
  • Je vous en prie, ne laissez pas l’actuel débat et certains politiciens vous troubler là-dessus. Et ne laissez pas ces contradictions et ces confusions vous empêcher de bien intervenir dans ces discussions et de dire la vérité dans l’amour. Il n’y a pas de problème relatif aux droits humains plus fondamental, pour les catholiques et pour les hommes de bonne volonté, que le devoir d’un gouvernement de protéger la vie humaine de sa conception à sa mort naturelle. »

Ne nous y trompons pas. Les propos de Mgr Morlino comme ceux que je vous ai signalés hier de l’archevêque de Denver, sont véritablement “historiques”. Comme il y a un “avant” et un “après” scandale des abus sexuels du clergé, il y a aussi un “avant” et un “après” débat sur la loi de réforme de la santé dans l’Église catholique. Ces deux grandes catastrophes qui ont affaibli et divisé l’Église aux États-Unis auront des conséquences bénéfiques. Les turpitudes et les divisions ont été rendues publique. Les défauts dans le gouvernement épiscopal des diocèses et le mépris de l’autorité des évêques sont aujourd’hui des maux bien identifiés. On ne peut pas soigner un malade tant qu’un diagnostic précis n’a pas été posé. Aujourd’hui, il l’est. Morlino et Chaput en offrent des témoignages éclatants. Tempora bona veniant ! Que viennents les temps heureux…





Commenter cet article

Roger Bélanger 26/03/2010 12:56


Après de tels points sur les "i" tout commentaire serait déplacé...

Mais je ne peux me retenir de faire des applaudissements debout pour ces deux évêques.
En anglais : STANDING OVATION !!!

Roger Bélanger


francois quin 26/03/2010 12:52


                Monsieur,

     Je remarque cependant que les sentences d'excommunications (je ne suis pas expert dans le domaine, mais si ils sont en communion avec le l'Eglise...) qui devraient tomber
sur tous les membres de ces groupes et ceux qui les soutiennent ne tombent pas, et ne sont pas tombées quand elles auraient été utiles (en plus d'être juste), c'est-à-dire avant le vote.
     Si les évêques n'utilisent jamais leur Pouvoir (qui est aussi leur Devoir de gardien du troupeau), il n'est pas étonnant que ce pouvoir leur soit contesté.
     Il me semble que ces textes (que vous nous présentez) sont une excellent illustration du propos ci-dessus. Les évêques pleurent, comme le pape a dit être triste de voir des
catholqiues critiquer ses décisions ouvertement, Mais sans rien y répondre, Sans jamais rappeler qu'il existe une limite à la contestation autorisée dans l'église catholique.,. Une limite qui pour
catholiques est le Dogme, dont la contestation rend non-catholique,

Cordialement,
F. QUIN