La “catholique” Nancy Pelosi primée par… Planned Parenthood

Publié le par Daniel HAMICHE

 

En reconnaissance des ses « efforts pour défendre les femmes et leur santé reproductive » 1 (mot codé signifiant : avortement), pour le « rôle déterminant » qu’elle a joué pour faire passer l’ObamaCare et pour sa « forte résistance aux tentatives d’inscrire dans la loi la prohibition de l’avortement » prévue par l’amendement Stupak, Nancy Pelosi a reçu hier au soir le prix « Champion for Women’s Health » de Planned Parenthood
Et la présidente de la Chambre basse continue à se dire catholique ! Et des évêques se refusent à lui interdire l’accès à la communion sacramentelle ! Et des prêtres continuent à la communier ! On croit vraiment rêver…
« Ce prix est la manière dont Planned Parenthood dit sa gratitude pour avoir hissé cette machine à avorter qu’elle est à un niveau de financement gouvernemental qu’on n’aurait jamais pu imaginer auparavant grâce au vote de la mainmise gouvernementale sur le système de santé, poussé implacablement par Pelosi » a déclaré Rita Diller, directrice nationale de l’American Life League.
Faut-il encore une autre preuve pour démontrer que Madame Speaker, complice active du crime abominable de l’avortement, est en état de péché mortel, en situation d’excommunication, et qu’il convient que l’autorité ecclésiastique le dise publiquement et que des mesures disciplinaires soient prises sans tarder. Il en va, après tout, du salut de son âme, lequel me semble autrement plus important que certains compromissions suggérées par je ne sais quel respect humain…

 

 

1. Cette citation et celles qui suivent sont tirées du communiqué officiel de Planned Parenthood annonçant la remise du prix.

 

 

 


Commenter cet article

Castelrey 16/07/2010 13:39



"santé reproductive", ils sont complètement tarés...On dirait ça tiré d'un roman de science fiction où les humains sont des animaux evolués dont on contrôle la reproduction, etc...


Il faut effectivement prier pour cette femelle, euh femme, pardon...



Boanergues 16/07/2010 13:22



Il y va du salut de son âme, certes, mais aussi du salut d'une multitude d'âmes.


La faute est d'autant plus grave qu'elle est publique !


Boanergues.