Le « sécularisme » et le « féminisme » ont contaminé les religieuses américaines selon le cardinal Rodé

Publié le par Daniel HAMICHE


S’exprimant sur les ondes de Radio Vatican mardi dernier, le cardinal Franc
Rodé (photo), le préfet de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, a émis quelques commentaires peu rassurants sur les congrégations religieuses féminines apostoliques aux États-Unis et justifié, par conséquent, l’utilité de la visitation apostolique en cours.
On trouve chez ces religieuses apostoliques, a-t-il déclaré, « une mentalité séculariste » et un « esprit féministe » évidents qui ont déclenché cette visitation apostolique. Le cardinal slovène a précisé que « des critiques sont arrivées des États-Unis et un important représentant de l’Église aux États-Unis m’a mis en garde contre certains dérèglements et carences dans la vie des religieuses américaines ». Le préfet n’a pas précisé l’identité de cet « important représentant », mais il poursuit en déclarant que « de là a pris corps le désir de prendre des dispositions pour trouver un remède à cette situation dont beaucoup disent qu’elle n’est pas bonne depuis au moins plusieurs décennies. » La visitation apostolique a été décidée « principalement pour constater la situation présente de la vie des religieuses consacrées aux États-Unis » car « c’est un fait évident que le nombre des religieuses américaines a chuté considérablement. La question est alors de savoir quelles sont les causes de ce déclin quantitatif et pourquoi leur présence dans les écoles, la santé et d’autres institutions sociales s’est beaucoup affaiblie. »
Ce sont de bonnes questions…


Publié dans vocations religieuses

Commenter cet article

Abbé Charles Tinotti 09/11/2009 18:59


Et si le Saint Siège faisait une telle visite en France, ce ne serait pas mal non plus !


Charles Éd. 08/11/2009 12:35


Les Pères Jésuites du Québec on quitté aussi l'enseigememnt et la prédication des retraites de sorte que s'installant dans les faubourgs de Saint Henri à Montréal pour être une présence
auprès des pauvres ils n'y ont recruté aucune vocation. Maintant dans la province ils ne s'en trouvent plusd que 14 ayant moins de 60 ans.À vouloir s'occuper des pauvres et se faire le
reventicateurs de la justice sociale ils ont oublié la mission que leur a confié leur fondateur saint Ignace à la suite du Christ. Quand le suractivisme remplace l'évangélisation, la
prière on s'écarte de la mission confiée à chacun ,selon son charisme, porter la bonne nouvelle du Christ jusqu'au confin de la terre. C'est la radicalité de l'évangile qui
sucite chez les jeunes la générosité et le goût de servir le Maître et de marcher à la suite de Celui qui a dit je suis le chemin, la vérité et la Vie.