Les dissidents de Catholic United volent au secours de quatre députés Démocrates catholiques qui ont voté l’ObamaCare

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Catholic United (catholiques unis) est un petit lobby de dissidents “catholiques” progressistes, qui soutient, perinde ac cadaver, la plateforme pro-avortement et anti-famille du parti Démocrate. Cela leur a valu de sévères admonestations des évêques américains les plus orthodoxes. Cela est un peu connu en France – et devrait l’être, en tout cas des lecteurs réguliers d’americatho. Ce qui l’est moins, c’est que Catholic United est une “filiale” de Catholics in Alliance for the Common Good (CACG, catholiques alliés pour le bien commun) autre officine ejusdem farinæ… Ce qui ne l’est pas du tout, c’est que ce CACG a été fondée par le milliardaire athée George Soros. Si après cela, vous n’éprouvez pas un léger doute sur le type de “bien commun” que poursuit ce lobby…
Or, en novembre prochain, les mid term elections s’annoncent assez désastreuse pour le parti Democrate et les amis d’Obama. Quatre députés Démocrates catholiques, au vu des premiers sondages, commencent à s’inquiéter sérieusement de leur réélection. Ce sont : John Boccieri (Ohio), Kathy Dahlkemper (Pennsylvanie), Steve Driehaus (Ohio), et Tom Perriello (Virginie). Ce sont tous des catholiques réputés pro-vie, mais qui ont eu la curieuse idée de voter, sans la moindre restriction mentale, l’ObamaCare malgré l’avis défavorable et motivé donné par les évêques américains. Évidemment, les mouvements pro-vie – et il faut le dire le parti Républicain qui voit là une bonne aubaine de ravir ces sièges – mènent campagne contre la réélection de ces quatre députés.
Pour les aider à garder leurs sièges, Catholic United vient de décider de consacrer un demi million de $ pour les aider dans leurs campagnes et sauver leurs sièges. D’où vient cet argent ? Catholic United ne le précise pas. M’est avis qu’il faudrait poser directement la question au vrai “patron” de ces “catholiques” : George Soros.

 

  Source : LifeSiteNews

 

 


Commenter cet article