Les féministes “catholiques” de WATER contre l’Église et pour l’adoption par les couples homosexuels

Publié le par Daniel HAMICHE


Comment ? Vous ne connaissez pas Mary E. Hunt ?
Sincèrement, vous ne perdez pas grand-chose… Cette dame a co-fondé en 1983, la Women’s Alliance for Theology, Ethics and Rituel (d’où l’acronyme WATER), qu’elle co-dirige toujours. Le but de WATER est de « répondre au besoin de développement théologique, éthique et rituel pour les femmes et par les femmes ». Un mouvement féministe qui se dit “catholique”, mais n’est que dissident : WATER fait partie de la Women-Church Convergence (W.CC) qui regroupe 26 groupes féministes “catholiques” de base et dont l'objet est de « résister à l’intrusion de la hiérarchie catholique dans les consciences ». Quand on lit cela, on se dit qu’au fond, c’est évident : ces femmes ont vraiment besoin d’un « développement théologique » quand bien même la dame Hurt se considère comme « théologienne »…
Dans un article publié le 19 février sur le site Religion Dispatches – carrefour de tous les progros –, et intitulé « La négligence catholique envers les enfants », la dame Hurt s’en prend violemment à l’Église catholique et plus précisément à l’archidiocèse de Washington dont je vous ai dit ici qu’il avait été contraint à fermer son service d’adoption en raison de l’adoption par les édiles de Washington D.C. d’une loi reconnaissant le “mariage“ entre personnes du même sexe et toutes ses conséquences.
La dame Hurt, elle, est pour l’adoption des enfants par les couples homosexuels et contre la position de l’Église sur cette question, position qui n’est selon elle que celle d’une « hiérarchie » qui ne parle pas au nom des membres de l’Église. Ecclésiologie évidemment nullissime et que dénonçait hier la Catholic League par la voix de Bill Donohue :
« Une chose est de contester les enseignements de l’Église catholique, mais c’en est une toute différente que d’affirmer que la voix des dissidents est authentiquement catholique. Il n’y a qu’un seul corps enseignant officiel dans l’Église catholique : c’est le Magistère (le pape en communion avec les évêques) 1. En outre, de même qu’un chef syndical parle au nom des membres de son syndicat, la hiérarchie catholique parle au nom des catholiques. On est libre de ne pas être d’accord, mais on n’est pas libre de défigurer. Hunt est depuis longtemps passé experte en ce type de désinformation.
Si quelqu’un a le moindre doute sur le fait que le site
[Religion Dispatches] est lui-même corrompu, qu’il aille voir la photo [ci-dessous] qui illustre le laïus de Hunt. Elle montre deux hommes en train de s’ébattre avec un jeune garçon sur leurs genoux. L’un des deux est habillé en prêtre. »

gayadoption
Bill Donohue ne précise pas la légende qui accompagne cette photo scandaleuse illustrant l’article de Hunt sur Religion Dispatches : « Un couple gay s’amuse avec son enfant, Danton. Origine inconnue. » J’ai aussi comme un doute sur le « développement éthique » exigé par la dame Hunt et ses comparses.


1. L'expression utilisée ici par Donohue me gêne un peu : « le pape en communion avec les évêques ». Le pape me semble disposer d'une juridiction immédiate et universelle et peut définir des points de doctrine et de mœurs sans le secours d'un concile universel. J'aurais plutôt écrit : « le pape et les évêques en communion avec lui »… Qu'en pensez-vous ?



Commenter cet article

Charles Éd. 21/02/2010 11:43


Je n'ai pas lu les autres commentaires. Je note qu'il faut bien comprendre et lire correctement: les évêques en communuion avec le Pape Évêque de Rome. Le Magistère se
comprend avec Pierre et ce dès les temps apostolique et chez saint Irénée, Saint Clément de Rome et autres Pères de l'Église cette prééminence 'de jure' ne tient pas d'un caprice mais se fonde sur
le Christ qui a choisit Pierre. Kephas.
Pour ces anciennes jouventielles, elles s'exposent plus qu'elles ne cherchent à marcher à la suite du Christ et de son Église. Ces féministes qui se veulent être hommes, comme la Simone de
Beauvoir.


Roger Bélanger 20/02/2010 22:02



Re-bonjour!
Suite à mon commentaire précédent, mon épouse me demande expressément de le co-signer, dont acte.

Roger Bélanger
Colette Tremblay



Roger Bélanger 20/02/2010 21:28


C'est pourtant si simple !
Mt 16, 13-19: «Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus posa à ses disciples cette question: "Au dire des gens, qu'est le Fils de l'homme? Ils
dirent: "Pour les uns, Jean le Baptiste; pur d'autres, Élie; pour d'autres encore, Jérémie ou quelqu'un des prophètes" -- "Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je?" Simon-Pierre
répondit: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant." En réponse, Jésus lui dit: "Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang,
mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien! moi je te dis: Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Portes de l'Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai
les clefs du Royaume des Cieur: quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié."
C'est le b a ba de la primauté du chef, qu'à cela ne plaise, de la barque de l'Église. Celles, oui, celles et ceux (qui,  par la même complaisance qu'e-ut Adam, suivent les
celles) qui tirent sur les haubans à tort et à travers auraient grand intérêt à lire et à méditer la vision de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich sur la chute d'Adam et d'Ève. C'est
justement pour éclairer l'Église de notre temps que le Seigneur a suscité cette âme victime et l'a comblée de grâces pour nous qui vivons cette grande tribulation du monde et de l'Église.

Que l'Esprit Saint souffle sur ceux qui faiblissent, qu'il les éclaire et les redresse, telle est ma prière pour ces personnes, femmes et hommes, qui préfèrent refaire l'Église par les philosophies
et les techniques humaines plutôt que de s'appuyer sur l'Esprit Saint et l'Église qu'il anime par le Charisme de Gouvernement que Jésus a donné à son Chef.
Roger Bélanger


luc perrin 20/02/2010 18:21


Bien sûr que l'expression est fautive : la communion n'est pas "symétrique" comme l'écrit un commentateur. L'évêque de Rome n'a pas à se mettre en état de communion avec par ex. Mgr Williamson mais
c'est à un évêque particulier de veiller à garder la communion avec l'évêque de Rome, cette communion avec celui qui est le chef du Collège des évêques attestant de la communion des autres évêques
entre eux. La phrase de Bill Donoghue comporte, involontairement je pense, une regrettable ambiguïté de type conciliariste/gallicane, erreur condamnée par Vatican I et Vatican II.
Par ailleurs, bien entendu, le pape n'est pas tenu par un exercice collégial de son ministère : son magistère s'exerce soit dans ce cadre, soit au titre du privilège qui lui a été dogmatiquement
reconnu à Vatican I, repris évidemment par "Lumen Gentium".


yves 20/02/2010 17:42


Il me semble que le terme de communion est 'symétrique' pour utiliser un vocabulaire mathématique. Si A est en communion avec B, alors B est en communion avec A ou encore A et B sont en communion.
La notion de communion n'implique pas de hiérarchie. Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas une hierarchie entre le pape et les autres évêques, mais la notion précise de communion  n'y fait
pas référence. Le pape est en communion avec les autres évêques, et les autres évêques sont en en communion avec l'évêque de Rome. L'un et l'autre me vont...