Phil Lawler : À quoi va ressembler l'Église demain ?

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Dans une forte intéressante analyse publiée le 28 avril sur CatholicCulture, Phil Lawler nous livre ses prévisions. Elle suscitent bien des réflexions. En voici la traduction.

  • « En 1662 (la même année où Paris fut élevé au rang d'archidiocèse, pour mettre les choses dans une perspective historique), la Propaganda Fide fut créée au Vatican. Connu habituellement de nos jours comme Congrégation pour l'évangélisation, ce dicastère a pour responsabilité de suivre la propagation de l'Évangile dans les territoires de mission, comme par exemple l'Afrique.
  • Il a été rapporté que le pape Benoît XVI vient de décider qu'un nouveau dicastère était nécessaire pour coordonner la réintroduction de l'Évangile dans les sociétés sécularisées d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord.
  • En attendant, dans des pays que nous qualifiions traditionnellement de “territoires de mission”, et tout spécialement en Afrique, l'Église croît à une allure vertigineuse.
  • Dès lors, où les missionnaires sont-ils le plus urgemment attendus aujourd'hui ? En Afrique ou en Europe ? En Afrique ou en Amérique du Nord ?
  • Depuis le tournant du début du XXIe siècle, la population catholique en Afrique a augmenté de 33 %. Votre diocèse, votre paroisse ont-ils augmenté d'un tiers sur cette période ? Les miens certainement pas.
  • Mais alors, pourquoi pas ? Est-ce parce que l'Église en Afrique dispose de plus de ressources financières ? Non. Parce qu'elle a plus d'accès à la communication moderne ? Non. Parce qu'elle a plus d'influence politique ? Plus d'écoles paroissiales ? Plus de collèges catholiques ? Plus d'identification historique avec la culture ? Non, non, non et non. C'est nous autres catholiques qui disposons de ces évidents avantages matériels. Mais ce sont eux qui obtiennent des résultats.
  • C'est peut-être une implification excessive, mais je pense que la principale raison de ce succès africain et de ce déclin européo-américain, tient à une question d'attitude. Les catholiques africains attendent de l'Église qu'elle croisse, alors que les catholiques européens et américains se contentent d'espérer de pouvoir se maintenir sur des territoires gagnés à la foi voici bien longtemps.
  • Mais cette approche défensive ne pourra – ne peut – réussir. Dans le champ de l'évangélisation, comme dans la vie spirituelle personnelle, on ne peut pas se contenter de la neutralité. Si vous n'avancez pas, vous êtes assurés de reculer. Et sitpot que la vitesse sociétale change, sitôt que la tendance à la sécularisation envahit vraiment tout, ces principes deviennent de plus en plus évidents. Si vous êtes dans un flot à fort courant, vous ne pouvez même pas nager sur place dans l'espoir de ne pas bouger, vous devez nager contre le courant pour rester sur place.
  • Nager contre le courant : s'il est bien vrai que le pape envisage de lancer une Congrégation pour la nouvelle évangélisation, alors cela pourrait lui servir d'énoncé de mission. »

 

 


 


Commenter cet article

Roger Bélanger 04/05/2010 01:09



Félicitations tout d'abord pour votre franc succès dont vous ne verrez les véritables fruits qu'après votre mort -- que je souhaite le plus tard possible -- en arrivant au but ultime du voyage
terrestre, soit le retour au Foyer.


Vivement des missionnaires au zèle de Feu. La tâche sera plus ardue de re-christianiser une (partie d') Église où les théologies bizarroïdes ont largement supplanté la saine théologie, où
les pieds vont devant pendant que la tête est tournée vers l'arrière et que les bras transportent plein de bric-bracs ramassés dans la panoplie des religions les plus païennes et dont les membres
sont anesthésiés et plongés dans un profond état comateux.


Déjà, ici au Québec, quelques prêtres du Sud ont été conduits en cette nouvelle terre de mission. Certains ont été durement réprouvés au point d'être récupérés par des évêques de provinces
voisines; d'autres ont subi de lamentables vexations de toutes sortes mais tiennent bon. Ils ont besoin de soutient matériel et spirituel. Profitant de l'occasion, je demande vos prières pour un
courageux jeune homme du Sud qui a vécu de nombreuses difficultés de toutes sortes et qui a vaillamment persévéré. Il sera ordonné diacre au Québec en juin prochain, après une attente de dix ans
et une heureuse entente entre le diocèse d'accueil et son diocèse d'origine.


Un Dicastère dédié à la ré-évangésilation du Nord est une bonne nouvelle pour ceux qui supplient le Ciel de nous redonner les notions de base de l'orientation afin que notre Église locale arrive
à retrouver le Nord !