Quésaco ? La réponse au concours d’hier… (3)

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Vous avez été des centaines hier à découvrir la “photo mystère” du dimanche et, sans doute, à vous gratter la tête. Mais vous n’avez été que 9 à tenter votre chance en hasardant une réponse… Deux d’entre vous ont mis dans le mille : l’une, Kenik, parce qu’elle savait – elle en sait souvent plus que moi sur le catholicisme aux États-Unis –, mais elle a eu l’élégance de me laisser vous répondre, et l’autre qui est une sacrée fine mouche (oui, Michel, c’est de vous qu’il s’agit…). Tous les autres commentaires étaient assez sévères. Il faut dire que tout ce que je raconte dans ce blogue sur des religieuses débâchées et permanentées, semi hérétiques ou franchement hérétiques, a peut-être créé chez mes lecteurs un a priori très défavorable sur les congrégations féminines aux États-Unis. Certaines pourtant sont excellentes, et j’en parle aussi souvent que je peux mais, comme la fausse monnaie chasse la bonne, les mauvaises bonnes sœurs ont tendance à nous dissimuler les pieuses et dévouées consacrées.
La photo que je vous ai proposée hier, nous montre une religieuse qui n’est évidemment plus de la toute première jeunesse : sœur James Dolores a passé ses 73 printemps et appartient aux Sisters, Servants of the Immaculate Heart of Mary (dois-je traduire ?), une congrégation enseignante fondée par un Belge francophone, le Père Louis Florent Gilet, C.Ss.R. (Congrégation du Très Saint Rédempteur), en 1845, à Monroe (Michigan).
Le fait que la photo montre la religieuse sur une planche de surf, ne veut évidemment pas dire qu’elle pratique ce sport. Elle ne l’a même jamais pratiqué. Mais le couvent de cette religieuse est situé à Stone Harbor (New Jersey) sur une plage qui est devenue depuis une soixantaine d’année un « spot », comme on dit chez les « surfeurs ». Les premiers adeptes de la planche hawaïenne, avaient alors demandé aux religieuses s’ils pouvaient utiliser ce « spot » sans que cela leur occasionne une quelconque gêne. On était courtois à l’époque ! Les religieuses acceptèrent et l’endroit étant devenu un des grands rendez-vous annuels des surfeurs, une compétition y est organisée depuis quinze ans : elle a été baptisée le « Nun’s Beach Surf Invitational ». La prochaine édition se déroulera le 11 septembre. Les religieuses donnent un coup de main en vendant sodas et hotdogs, et des T-shirts commémoratifs aux quelque cent compétiteurs et aux milliers d’amateurs et de curieux qui se pressent sur cette plage. Ces gains providentiels permettent aux religieuses de retaper leur couvent qui en a bien besoin…

 

 

surfingnun1.c--300x300

 

 


Publié dans Humour

Commenter cet article