Sœur Donna Quinn : elle ne regrette rien ! Sauf de ne plus pouvoir accompagner les femmes se faire avorter…

Publié le par Daniel HAMICHE


La scandaleuse dominicaine (voir ici, et encore ) est à elle seule la 14 249ème raison d’une visitation apostolique des religieuses apostoliques américaines. Désavouée par sa congrégation de la main droite – mais cajolée et consolée de la gauche, vous pouvez être tranquille, car elle milite pour l'avortement et l'“ordination” des femmes depuis les années 1970… –, la religieuse s’est résignée à ne plus accompagner – en qualité de « Clinic Escort » – les femmes souhaitant – ou poussées à – avorter à l’ACU Health [sic !] Clinic d’Hinsdale (Illinois), près de Chicago. Mais elle demeure non repentante et a étalé sa bile dans les colonnes du Chicago Tribune mercredi dernier. Elle persiste à déclarer qu’elle n’était accompagnante que pour éviter aux femmes « de se faire physiquement agresser » par les pro vie. Ce qui est archi-faux, les pro vie ne pouvant pas même prier et conseiller sur le domaine de l’avortoir mais uniquement sur les trottoirs publics ! Et encore n’ont-ils pas le droit de s’adresser à une femme qui entre à la clinique : ils doivent attendre que cette femme s’adresse à eux pour entreprendre un dialogue ou donner un conseil… « Comme artisan de paix, ose-t-elle se qualifier !, mon but est de permettre aux femmes d’entrer dans une clinique de santé reproductive [nom de code pour avortoir] avec dignité et sans craindre d’être physiquement agressées ». Oui, mais une fois entrées dans la clinique qui va être pour de vrai et à jamais « physiquement agressé » ? Ces femmes mêmes et les enfants qu'elles portent ! « Je suis très soucieuse, poursuit cette cinglée, car la publicité qui a été faite sur ma présence pourra avoir pour conséquence d’amener d’autres violations du droit de toute femme à la vie privée et les exposer à d’autres violences. » Vous imaginez ça ! On a attenté à la « vie privée » de cette religieuse en révélant ses indignes turpitudes… En d’autres temps, des femmes de cette sorte finissaient – au mieux – aux « petites maisons ».





Commenter cet article

AM 12/11/2009 19:41



 






La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne
§ 1-6 (trad. coll. Icthus, t. 1, p. 112s)


« Choisis donc la vie » (Dt 30,19)




Il y a deux chemins : l'un de la vie, l'autre de la mort ; mais il est entre les deux
chemins une grande différence. Or le chemin de la vie est le suivant : D'abord, tu aimeras Dieu qui t'a créé ; en second lieu, tu aimeras ton prochain comme toi-même ; et ce que tu ne
veux pas qu'il te soit fait, toi non plus ne le fais pas à autrui. Et voici l'enseignement signifié par ces paroles : Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis, jeûnez
pour ceux qui vous persécutent. Quel mérite, en effet, d'aimer ceux qui vous aiment ? Les païens n'en font-ils pas autant ? Quant à vous, aimez ceux qui vous haïssent, et vous n'aurez pas
d'ennemis. Abstiens-toi des désirs charnels et corporels...

Deuxième commandement de la doctrine : Tu ne tueras pas, tu ne seras pas adultère, tu ne séduiras pas des garçons, tu ne commettras ni fornication, ni vol, ni magie, ni empoisonnement ;
tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance ; tu ne désireras pas les biens de ton prochain. Tu ne te parjureras pas, tu ne diras pas de faux témoignage, tu ne
tiendras pas de propos médisants, tu ne garderas pas de rancune. Tu n'auras pas deux manières de penser ni deux paroles : car la duplicité de langage est un piège de mort. Ta parole ne
sera pas menteuse ; pas vaine non plus, mais remplie d'effet. Tu ne seras ni avare, ni rapace, ni hypocrite, ni méchant, ni orgueilleux ; tu ne formeras pas de mauvais dessein contre ton
prochain. Tu ne dois haïr personne ; mais tu dois reprendre les uns et prier pour eux, et aimer les autres plus que ta propre vie.

Mon enfant, fuis tout ce qui est mal et tout ce qui ressemble au mal... Veille à ce que nul ne te détourne de ce chemin de la doctrine, car cette personne-là t'enseigne en dehors de Dieu.
Si tu peux porter le joug du Seigneur tout entier, tu seras parfait ; sinon, fais du moins ce qui est en ton pouvoir.

(Références bibliques : Mt 22,37s; 7,12; Tb 4,15; Mt 5,44s; 1P 2,11; Ex 20; Mt 24,4)




La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne
§ 1-6 (trad. coll. Icthus, t. 1, p. 112s)
« Choisis donc la vie » (Dt 30,19)


Il y a deux chemins : l'un de la vie, l'autre de la mort ; mais il est entre les deux
chemins une grande différence. Or le chemin de la vie est le suivant : D'abord, tu aimeras Dieu qui t'a créé ; en second lieu, tu aimeras ton prochain comme toi-même ; et ce que tu ne
veux pas qu'il te soit fait, toi non plus ne le fais pas à autrui. Et voici l'enseignement signifié par ces paroles : Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis, jeûnez
pour ceux qui vous persécutent. Quel mérite, en effet, d'aimer ceux qui vous aiment ? Les païens n'en font-ils pas autant ? Quant à vous, aimez ceux qui vous haïssent, et vous n'aurez pas
d'ennemis. Abstiens-toi des désirs charnels et corporels...


Deuxième commandement de la doctrine : Tu ne tueras pas, tu ne seras pas adultère, tu
ne séduiras pas des garçons, tu ne commettras ni fornication, ni vol, ni magie, ni empoisonnement ; tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance ; tu ne désireras
pas les biens de ton prochain. Tu ne te parjureras pas, tu ne diras pas de faux témoignage, tu ne tiendras pas de propos médisants, tu ne garderas pas de rancune. Tu n'auras pas deux
manières de penser ni deux paroles : car la duplicité de langage est un piège de mort. Ta parole ne sera pas menteuse ; pas vaine non plus, mais remplie d'effet. Tu ne seras ni avare, ni
rapace, ni hypocrite, ni méchant, ni orgueilleux ; tu ne formeras pas de mauvais dessein contre ton prochain. Tu ne dois haïr personne ; mais tu dois reprendre les uns et prier pour eux,
et aimer les autres plus que ta propre vie.


Mon enfant, fuis tout ce qui est mal et tout ce qui ressemble au mal... Veille à ce
que nul ne te détourne de ce chemin de la doctrine, car cette personne-là t'enseigne en dehors de Dieu. Si tu peux porter le joug du Seigneur tout entier, tu seras parfait ; sinon, fais
du moins ce qui est en ton pouvoir.


(Références bibliques : Mt 22,37s; 7,12; Tb 4,15; Mt 5,44s; 1P 2,11; Ex 20; Mt
24,4)


 



 


 


 


La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne
§ 1-6 (trad. coll. Icthus, t. 1, p. 112s)
« Choisis donc la vie » (Dt 30,19)


Il y a deux chemins : l'un de la vie, l'autre de la mort ; mais il est entre les deux chemins une grande différence. Or le chemin de la vie est le suivant : D'abord, tu aimeras Dieu qui
t'a créé ; en second lieu, tu aimeras ton prochain comme toi-même ; et ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait, toi non plus ne le fais pas à autrui. Et voici l'enseignement signifié par
ces paroles : Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis, jeûnez pour ceux qui vous persécutent. Quel mérite, en effet, d'aimer ceux qui vous aiment ? Les païens n'en
font-ils pas autant ? Quant à vous, aimez ceux qui vous haïssent, et vous n'aurez pas d'ennemis. Abstiens-toi des désirs charnels et corporels...


Deuxième commandement de la doctrine : Tu ne tueras pas, tu ne seras pas adultère, tu ne séduiras pas des garçons, tu ne commettras ni fornication, ni vol, ni magie, ni empoisonnement ;
tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance ; tu ne désireras pas les biens de ton prochain. Tu ne te parjureras pas, tu ne diras pas de faux témoignage, tu ne
tiendras pas de propos médisants, tu ne garderas pas de rancune. Tu n'auras pas deux manières de penser ni deux paroles : car la duplicité de langage est un piège de mort. Ta parole ne
sera pas menteuse ; pas vaine non plus, mais remplie d'effet. Tu ne seras ni avare, ni rapace, ni hypocrite, ni méchant, ni orgueilleux ; tu ne formeras pas de mauvais dessein contre ton
prochain. Tu ne dois haïr personne ; mais tu dois reprendre les uns et prier pour eux, et aimer les autres plus que ta propre vie.


Mon enfant, fuis tout ce qui est mal et tout ce qui ressemble au mal... Veille à ce que nul ne te détourne de ce chemin de la doctrine, car cette personne-là t'enseigne en dehors de Dieu.
Si tu peux porter le joug du Seigneur tout entier, tu seras parfait ; sinon, fais du moins ce qui est en ton pouvoir.


(Références bibliques : Mt 22,37s; 7,12; Tb 4,15; Mt 5,44s; 1P 2,11; Ex 20; Mt 24,4)


 



 


 








 






 


 



Boanergues 07/11/2009 22:40


Une "cinglée" certes !
Mais c'est plus que certainement le malin qui se trémousse dans ses entrailles et qui possède son esprit ! Cette femelle est un monstre !


Boanergues