Un Américain nommé au conseil d’administration de l’Académie pontificale pour la vie

Publié le par Daniel HAMICHE

 

John Haas and BXVI

 

John Haas et Benoît XVI

 

 

 

Créé en 1972, le National Catholic Bioethics Center (NCBC ) s’est donné pour mission de « réfléchir (…) aux développements scientifiques sans précédent qui touchent au mystère même de la vie et posent de graves défis éthiques à la culture humaine ». Le NCBC entend « promouvoir et défendre la dignité de la personne humaine dans tout ce qui touche à la santé et aux sciences de la vie (…) conformément aux enseignements officiels de l’Église catholique. »
Son président, John M. Haas, a été nommé hier par Benoît XVI membre pour cinq ans du conseil d’administration de l’Académie pontificale pour la vie. John Haas avait été nommé à cette fonction dès 2006, mais l’Académie a choisi de n’annoncer cette nomination qu’hier, 22 juin, jour de la fête des martyrs anglais saint John Fisher et saint Thomas More qui « donnèrent leur vie pour des principes qui sont toujours d’une grande actualité et qui sont très adéquats au travail de l’Académie dans le défense de la vie. »
Ce chevalier de Malte, docteur en théologie morale, a enseigné notamment au séminaire de l’archidiocèse de Philadelphie et à l’Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille de Washington, D.C., et est un consultant pour les questions pro-vie de la Conférence épiscopale américaine Le Dr Haas est marié, père de neuf enfants et d’un nombre non précisé de petits-enfants…
Il est à souligner que le conseil d’administration de l’Académie n’est composé que de huit membres dont le président, l’archevêque Rino Fisichella – donné prochainement partant – et le chancelier, Monseigneur Ignasco Carrasco de Paula. C’est donc un poste de tout premier plan que Benoît XVI vient d’accorder à cet Américain, et je me demande même si cela ne préfigure pas son élévation à la présidence de cet Académie dont le premier président, après tout, fut aussi un laïc  en la personne du professeur Jérôme Lejeune

 

 

ncbc

 

 


Commenter cet article