Un Américain nommé cérémoniaire pontifical

Publié le par Daniel HAMICHE

 

frcihak

 

 

L’abbé John Richard Cihak a été nommé ce jour cérémoniaire à l’office des cérémonies pontificales.
Ce natif de l’Orégon, deuxième enfant d’une famille de huit, a passé toute son enfance à Corvallis (Orégon) où il fréquentait la paroisse St. Mary. Pensant que sa vocation était de devenir médecin il entra à la Faculté de médecine de la University of Notre Dame, mais grâce aux bons conseils de son directeur spirituel, il s’orienta vers la philosophie et fut diplômé de cette même université en 2002. Agréé comme séminariste de l’archidiocèse de Portland (Oregon), il entra au séminaire de Mount Angel à St. Benedict (Orégon). L’année suivante son archevêque, Mgr William Levada (aujourd’hui préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi) l’envoya à Rome pour terminer ses études à la Grégorienne où il rédigea sa thèse de philosophie fondamentale sur Hans Urs von Balthasar dont il est un fin connaisseur (voyez ici un article publié par Ignatius Press). Ordonné prêtre en juin 1998, par le nouvel archevêque de Portland, Mgr John Vlazny, l’abbé Cihak eut son premier ministère en qualité de sous-vicaire de la paroisse St. Anne à Grant Pass (Orégon). En 2000, ors de l’Année Jubilaire, convaincu que le Seigneur attendait quelque chose de particulier de lui au service des vocations, il fonda, avec l’abbé William Dillard, les Quo Vadis Days  : des camps de jeunes destinés à opérer un discernement. À l’été 2000, il n’y avait que vingt-deux jeunes gens à participer au premier camp. Les camps ont désormais essaimé dans tous les États-Unis rassemblant chaque année des centaines de jeunes gens.
L’abbé Cihak est connu pour son goût de la musique – assez éclectique puisque cela va du rock à la polyphonie sacrée… –, pour ses talents de clarinettiste et son goût pour le sport (notamment le basket-ball). À Rome où il est en ministère, l’abbé Cihak est le confesseur des postulantes des Missionnaires de la Charité fondées par la bienheureuse Mère Teresa.

 

 

 


Commenter cet article