Un blogueur catholique américain qui prend le deuil le 14 Juillet…

Publié le par Daniel HAMICHE

 

william newton

 

William Newton (alias The Courtier)

 

 

Si j’avais pu découvrir cette information hier, je vous l’aurais évidemment servie pour le 14 Juillet… Encore que, sans avoir l’air d’y toucher, ce que je vous ai raconté hier, à propos du vol de la relique le la vraie Croix à la cathédrale de Boston, aurait pu vous mettre la puce à l’oreille… Traitant de prêtres ayant du fuir la France où sévissait la grande persécution anti-catholique, et s'en allant porter l’Évangile aux Amériques, vous aurez bien compris que ma piété religieuse et nationale se reporte davantage sur ces prêtres missionnaires admirables, que sur leurs persécuteurs révolutionnaires qu’on voudrait que je « fête » ou « célèbre » chaque 14 Juillet. Il n’en est évidemment pas question.
Or donc, ce matin, je découvre, grâce à l’American Papistsive Thomas Peters – l’existence d’un blogue catholique tout à fait remarquable.
William Newton, un Washingtonien trentenaire, anime The Blog of the Courtier . Il se présente succinctement comme « un avocat et un flâneur [en français dans le texte] impénitent » dans la capitale fédérale. Son post d’hier, donc du 14 juillet, est titré : « The Testament of Marie Antoinette ». Inutile de traduire ce titre, n’est-ce pas, mais point de traduire le premier paragraphe de son post, vous laissant le soin d’en découvrir l’intégralité ici.

  • « Les amis et les visiteurs réguliers de ce blogue savent qu’il [The Courtier, autrement dit notre blogueur] ne célèbre pas le 14 Juillet, c’est-à-dire le “Bastille Day” 1. Bien au contraire, il s’habille ordinairement de la manière la plus adaptée au jour : soit en blanc, couleur de la royauté (comme aujourd’hui), soit en noir, couleur de deuil, ou porte une cravate ornée du monogramme de Marie-Antoinette, entrelacée de fleur-de-lis selon le modèle qu’on trouve sur le papier peint de l’appartement de la reine au Petit Trianon. Il prie aussi pour les victimes de la Révolution française dont certaines figurent au nombre de ses ancêtres, bien qu’il ait conscience que sans le règne de la Terreur il serait dans l’incapacité de la condamner puisque c’est elle qui contraignit certains de ses ancêtres à fuir la France pour l’Amérique. »

Et c’est en plus admirablement écrit. Chapeau bas !


1. C’est ainsi que les Américains nomment la supposée « Fête » dite « nationale ». Je n’ai jamais vraiment été capable de leur faire comprendre que cette « Fête nationale » ne commémorait pas la « prise » de la Bastille, mais le 14 juillet 1790 avec sa supposée « Fête » dite « de la Fédération » marquée notamment par un repoussant sacrilège et un violent orage, et que de toute manière cette « Fête » n’est célébrée que depuis 1880…


Publié dans Sites catholiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

William 09/08/2010 21:39



M. Hamiche:


Unfortunately my knowledge of French is rather poor, but between my knowledge of Spanish and Catalan - and the use of Google Translate - I was able to read your post. Thank you very much for your
kind words, I truly appreciate them. My congratulations to you on your own work, and very best wishes.


Sincerely,


WBDN



Julius 16/07/2010 07:52


De quel sacrilège parlez-vous ? On peut aussi fêter le 14 juillet : - la publication de la bulle quo primum, codifiant la messe (dite extraordinaire ou tridentine) (1570) - la première nomination
dans l'ordre de la légion d'honneur (1804) - la pose de la première pierre du chevet "gothique" de St Denis (1140) - à un jour près : la prise de Jérusalem par les croisés (1099) - à un jour près :
l'instauration de l'impôt sur le revenu (1914) - à un jour près : la signature du concordat de Napoléon et Pie VII (1804) - à un jour près : l'assassinat de Marat par Charlotte Corday (1793) - à un
jour près : la mise en service du funiculaire de Montmartre (1900) (source: wikipédia) Je n'ai choisi que les événements "heureux"...


Boanergues 15/07/2010 13:38



Pas plus que vous, Messieurs, je ne pourrais fêter le 14 juillet.


Le "sang impur" chanté en hymne aux quatre coins du monde me fait penser systématiquement à celui qui coule du ventre des mères avorteuses, et d'autre part, je me demande de quel droit les
héritiers de la révolution estiment être les seuls à avoir le sang pur !


Et sans doute un Te Deum après cela !


 


Boanergues



Geneviève 15/07/2010 11:26



Que notre blogueur en chef sache qu'il n'est pas le seul à ne pas fêter le 14 juillet, ayant dans ma famille côté marternel une dame qui a été dénoncée parce qu'elle avait caché un prêtre
réfractaire et guillotinée ce jour-là....



Castelrey 15/07/2010 11:21



Mais on devrait anoblir ce monsieur! :)