Un nouveau curé pour la paroisse francophone de Washington D.C.

Publié le par Daniel HAMICHE

 

Le P. Antoine de Romanet, prêtre de l’archidiocèse de Paris, et curé de la paroisse Saint Louis de France de Washington D.C. depuis octobre 2002, vient d’être rappelé à Paris par le cardinal André Vingt-Trois, pour devenir, à partir du 1er septembre, curé de la paroisse Notre-Dame d’Auteuil. C’est le P. Jean-Marie Vincent, vicaire de la paroisse de Saint-Germain-des-Prés depuis 2004, qui lui succède dès le 1er août.
Le P. Vincent a été ordonné prêtre pour l’archidiocèse de Paris en 2000, mais l’Amérique du Nord ne lui est pas inconnue. Il a vécu pendant sept ans, de 1988 à 1994, comme laïc consacré au sein de la Communauté Madonna House qui se trouve à Cambermere, un petit village de la vallée de la Madawaska dans la province de l’Ontario au Canada. Le P. Vincent est anglophone, apprécie beaucoup les États-Unis où il se rend presque chaque année : « [L'Église au États-Unis est] porteuse d'un esprit pionnier : spontanéité qui perment d'être inventif dans la pastorale et rapport décomplexé à l'argent, qui est fait un levier pour mettre en place une pastorale efficace. » (La Lettre de St.-Germain-des-Prés, n° 144, juillet 2010).
L’aumônerie des francophones de Washington fut créée en 1960 sous l’impulsion de l’Aumônerie générale des Français à l’étranger (organisme dépendant de la Conférence des évêques de France), dont les prêtres furent choisis en étroite collaboration avec l’archevêché de Washington D.C., qui l’éleva au rang de paroisse de plein droit en 1978. La paroisse compte des Français expatriés, bien sûr, mais aussi des francophones d’une trentaine de nationalités. La Maison de la Paroisse, acquise en 1988, se trouve sur Garrison Street (nord-ouest de la capitale fédérale), et comporte une chapelle, achevée en 1994, mais le projet d’une nouvelle chapelle est en cours, un projet que le P. Vincent aura la tâche de mener à bien.

 

 

Commenter cet article