Une université catholique promeut le mode de vie homosexuel

Publié le par Daniel HAMICHE


Fondé par les Dominicaines enseignantes en 1886, l’Aquinas College est un établissement d’enseignement supérieur catholique situé à Grand Rapids (Michigan) et qui « accueille de manière ouverte les étudiants indépendamment de leur foi religieuse et qui sont à la recherche d’un sens spirituel plus profond par le développement des valeurs éthiques et par la pratique de leurs croyances et engagements. »
Si je comprends bien ce charabia, c’est donc une université catholique qui ne propose pas le catholicisme et qui ne me semble pas briller par une forte expression de son identité catholique… Je peux me tromper mais ce que j’apprends de ce qui s’y est passé le lundi 14 octobre dernier, semble devoir me donner raison.
Ce jour-là l’Aquinas’ Campus Life, le département de l’administration qui gère les activités du campus, et The Alliance, une organisation estudiantine qui lutte pour « l’“inclusivité” dans la communauté de l’Aquinas College » – je traduits inclusiveness comme je peux, mais chacun d’entre vous voit de quoi il retourne – organisaient pendant toute la journée une manifestation intitulée « Love is everywhere… AQ Celebrates Human Rights » : l’amour est partout… L’Aquinas College fête les droits de l’homme. Il s’agissait, à vrai dire, de “droits” un peu particuliers puisque c’était de ceux de la militance homosexuelle qu’il s’agissait. Deux films furent projetés aux étudiants : Seven Passages. The Story of Gay Christians (sept passages : l’histoire des chrétiens gays), un film qui torture des passages de la Sainte Écriture pour prouver que cette dernière ne condamne pas la sodomie comme péché, et Milk, qui était voici peu encore sur nos écrans, et qui raconte l’histoire – que dis-je ? l’hagiographie… – d’Harvey Milk, homosexuel et militant pour les « droits des homosexuels », qui fut élu au conseil comtal – en américain Board of Supervisors, c’est-à-dire un conseil municipal mais au niveau supérieur du county – de San Francisco et fut assassiné : le personnage d’Harvey Milk est interprété dans ce film par Sean Penn qui, comme il fallait s’y attendre, reçut l’Oscar du « meilleur acteur » par le “tout-pourri” d’Hollywood l’an passé… On débattit aussi, au cours de cette journée, de la manière de s’y prendre – au sens figuré, s’entend – pour créer sur le campus une « Zone de sécurité certifiée », c’est-à-dire, comme cela se pratique déjà sur nombre de campus américains, d’une zone où les homosexuels puissent se sentir accueillis et acceptés.
L’Aquinas College se présente sur son site comme une institution « enracinée dans la tradition catholique dominicaine ». J’avoue que j’ignorais jusqu’à aujourd’hui que la militance pour les actes et le mode de vie homosexuels appartenait à la « tradition catholique dominicaine ». On apprend, il est vrai, à tout âge, mais n'empêche que je préfère le Christendom College (voir ici) à l'Aquinas College. Allez savoir pourquoi…





Commenter cet article

Dominique 22/10/2009 06:56


"Malheur à moi si je faisais autre chose qu'annoncer l'Evangile", dit souvent mon curé dans son homélie. C'est ce fait ce collège pseudo-catholique qui adapte l'Evangile à la pensée maçonnique et
fait fi des interdits de Dieu.

Quand cela cessera-t-il ?


Bouge 18/10/2009 21:11


Comment se fait il qu'aucun eveque ne s'eleve contre ce genre de manifestation et denonce tous ces acteurs comme le "valeureux Sean Penn" Chevalier Blanc de toute cette fange né  avec une
cuillére d'argent dans la bouche et qui semblerait etre fanatiquement anti chrétien?
D'autre part ne peut on pas retirer le label "catholique"à une école qui prone l'inverse de l'enseignement de l'Eglise?


Thierry Emany 18/10/2009 18:39


Ce la commence à faire beaucoup trop! Il n'y a pas un ordinaire pour intervenir et mettre fin à ce genre de dérive!Et le coup de l'homosexualité non-condamnée dans la bible c'est de l'hérésie pure
qui se pratique chez certains protestants! Qu'ils aillent donc voir de ce coté ces milks en foin!