USCCB : un « rapport intérimaire » sur les abus sexuels du clergé ; 1,8 million de $ dépensés pour rien ?

Publié le par Daniel HAMICHE


Il en aura coûté 1,8 million de $ à la Conférence des évêques américain (USCCB) pour entendre le « Rapport intérimaire » du John Jay College of Criminal Justice qui devrait rendre en décembre 2010 son rapport final mandaté par les évêques en 2002 afin de comprendre le pourquoi de la crise des abus sexuels du clergé américain. Une crise qui a coûté près de 3 milliards de $ en indemnités et frais de justice aux fidèles catholiques américains depuis qu’elle a éclatée en janvier 2002.
Or, ce « Rapport intérimaire » présenté à huis clos par Karen Terry, responsable en chef de cette étude, aux évêques américains lors de leur assemblée d’automne de Baltimore, n’explique en fait rien « sur les causes et le contexte » (c’est le titre de l’étude) des abus sexuels de membres du clergé américain de la fin des années 1960 aux années 1970. Les causes en seraient “l’air du temps” et communes à l’ensemble de la société américaine de l’époque : le changement des comportements, l’usage de la drogue, l’augmentation du divorce (chez des prêtres ?) et des conduites criminelles… « Même si on constate de très nombreux abus sexuels sur des garçons [plus de 80 % des cas !], cela ne veut pas nécessairement dire que la personne [impliquée] possédait une identité homosexuelle » explique Karen Terry, mais simplement que les abuseurs avaient, en raison de leurs fonctions, un accès généralement plus aisé aux garçons… On a donc plus de chance de devenir alcoolique si on demeure au-dessus d'un troquet : « et voilà pourquoi votre fille est muette » !
Si le rapport final, attendu dans un an, est de ce tonneau-là, rempli à rabord de “politiquement/sexuellement correct” on ne risque pas, en effet, de comprendre grand chose à la tragédie qu’a traversée l’Église américaine.



Publié dans scandale "pédophile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Geneviève 20/11/2009 14:54


Qu'ils soient pédophiles, homosexuels ou les deux comme le cas de l'affreux ministre de la culture française, les victimes de ces monstres  - encore pire lorsqu'ils sont PRETRES ou EVEQUES
-  reste des "gosses" comme le dénonçait courageusement le directeur d'Enfants du Mékong ce cher Yves Meaudre dont AUCUN média papier n'a reproduit l'édito !


Christophe 20/11/2009 13:28


Bonjour,
Je lis habituellement avec grand intérêt les nouvelles de votre blog mais je dois dire que j'ai été déçu par votre article intitulé "USCCB : un « rapport intérimaire » sur les abus sexuels du
clergé ; 1,8 million de $ dépensés pour rien ?".
Les conclusions du rapport sont certainement décevantes voire insuffisantes, mais je pense qu'il est néanmoins erroné voire abusif de confondre homosexualité et pédophilie.
La 1ère concerne en effet des personnes adultes consentantes, la 2nde des adultes et des enfants (en grec "Paidos").
De plus, de nombreux spécialistes s'accordent pour reconnaître que les ressorts et origines psychologiques de ces 2 types de relations ne sont pas du tout les mêmes. Un homosexuel ne sera que
rarement pédophile (même si certains peuvent s'intéresser à de jeunes majeurs) et les pédophiles ne sont que rarement homosexuels.
Merci d'éviter à l'avenir ce fâcheux amalgame.
Bien fraternellement
Christophe


Daniel HAMICHE 20/11/2009 13:50


Cher Christophe l'amalgame est… vôtre ! Ce dont il est question c'est d'abus sexuels sur des mineurs (au sens juridique), de sexe masculin (dans 80 % des cas) et non pas sur des enfants (au sens
juridique). Ce qu'on a nommé le scandale des prêtres "pédophiles" est improprement qualifié, d'où les guillemets dans la rubrique. On doit préférer le qualificatif
d'"éphébophilie" pour tenter de rendre compte de cette pratique sexuelle. Ce terme est d'ailleurs celui qui est utilisé par de précédentes études américaines qui ont été fournies aux
évêques. Que ces abus sexuels soient pratiqués sur des garçons pré-adolescents ou des jeunes gens adolescents, fait entrer la majeure part de cette pratique sexuelle dans la catégorie de
l'homosexualité. Votre commentaire n'emporte pas ma conviction. Désolé.


Perpétue 19/11/2009 19:52


Complètement loufoque comme "explication": on a justement fait entrer les femmes et les filles dans le choeur ces années-là. Et pourtant ce sont des garçons qui ont été abusés sexuellement...